spot_img
spot_img
HomeGUINEEOusmane Gaoual titille Embalo : « Nous ne faisons pas de la...

Ousmane Gaoual titille Embalo : « Nous ne faisons pas de la durée un dogme »

L’escale verbale entre Conakry et la CEDEAO se poursuit. Après la sortie caustique du porte parole de la Présidence guinéenne et du Premier ministre, celui du gouvernement recadre à son tour le président en exercice de l’institution sous régionale.

Ousmane Gaoual Diallo, puisqu’il s’agit de lui, n’a pas été tendre avec le président Bissau-guinéen. Il dit déplorer la tenue de ce sommet extraordinaire de la CEDEAO en dehors de l’espace ouest-africain : « Il est inimaginable de voir les chefs d’État de l’Union européenne tenir leur session en marge de l’Assemblée générale des Nations-Unies. Les propos du président Embalo sont inacceptables du point de vue de la diplomatie et du respect qui doit prévaloir. Lui-même était venu à Conakry, il a été reçu avec tous les honneurs. Il est donc incompréhensible qu’il se livre à de tel exercice. C’est la deuxième fois que le président Embalo de façon unilatérale charge la Guinée et s’attaque aux responsables de la transition », a-t-il dénoncé.

Sur RFI et France 24, le président en exercice de la CEDEAO a martelé que le chronogramme de 36 mois validés par le Conseil national de la transition guinéenne est ‘’non négociable’’. Umaro Cissoko Embalo avait alors menacé de sanctions la junte au pouvoir en Guinée, si elle arrivait à s’entêter. Là-dessus, la réponse du porte parole du gouvernement est sans appel : « Nous ne faisons pas de la durée un dogme. À la transition de 2010, nous avons été contraints par la communauté internationale de fixer une période de la transition. Cela nous a amenés à brûler des étapes, et à donc sortir avec un mécanisme bancale. Ça a plongé la Guinée dans l’instabilité pendant dix ans, et tous les troubles qui ont prévalu. Cette fois-ci, nous voulons régler des problèmes définitivement », a-t-il indiqué.

Selon Ousmane Gaoual Diallo, il existe aujourd’hui un problème auquel tous les acteurs sociopolitiques guinéens devraient s’atteler : « La question du fichier électoral est un problème récurrent. Depuis 30 ans, il pollue l’atmosphère politique de la Guinée, il faut le régler. Comment le faire ? A quelle durée que cela prend ? C’est à cela nous devons nous entendre. Qu’est-ce-que doit contenir la transition, en termes de fichier électoral, de lois et d’institutions qui doivent être mises en place avant qu’on ne parle de processus électoral », a-t-il laissé entendre chez nos confrères de France 24.

Mohamed Lamine Souaré

+224 627 56 46 67

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

Most Popular

Recent Comments

%d blogueurs aiment cette page :