spot_img
spot_img
AccueilGUINEEExplosion au dépôt d’hydrocarbures : un expert soulève de graves risques et...

Explosion au dépôt d’hydrocarbures : un expert soulève de graves risques et fait des recommandations

L’explosion survenue au dépôt d’hydrocarbures dans la commune de Kaloum n’est pas sans conséquences. C’est ce fait comprendre Souleymane Konaté, titulaire d’un Master International en Technologie de l’Énergie et de la Production d’Hydrogène Vert, spécialisé en Géoresources (Éoliennes et Hydrologie).
Cet expert soulève de graves risques liés à cette explosion et fait des propositions à l’Etat.

La gestion de l’écosystème, englobant les ressources en eau (surface, souterraine), l’air et le sol, qu’il s’agisse de prospection, de protection ou de prévention contre les pollutions, représente un domaine d’investigation pluridisciplinaire (Anker, 2013). Ce domaine scientifique nécessite une convergence de connaissances en géologie, hydrologie, hydrodynamique, chimie et modélisation.
Les contaminations attribuables aux hydrocarbures sont parmi les plus complexes en raison de leur comportement physico-chimique, résultant de leur faible solubilité dans l’eau et de leur classification en tant que liquides en phase non aqueuse (NAPL) (Yahia et al., 2017). Leur nature xénobiotique présente des risques tant pour l’environnement que pour la santé humaine. Pour évaluer ces menaces, il est essentiel de comprendre les mécanismes de propagation dans les différentes zones du milieu naturel (Labar, 2009).
Récemment, la République de Guinée, en Afrique de l’Ouest, a été le théâtre d’une catastrophe majeure due à l’explosion du dépôt d’hydrocarbures de Kaloum à Conakry le 18 décembre 2023. Cette tragédie a eu des conséquences dévastatrices sur la population, l’économie et l’environnement local, soulevant des enjeux complexes en matière de gestion des risques à court et à long terme.
Bien que les acteurs impliqués semblent se concentrer sur les problèmes visibles, les risques potentiels restent largement ignorés par la population, les responsables politiques, et les autorités ministérielles.
En considération des dangers potentiels dans un rayon de 500m à 2km après l’explosion, cette réflexion vise à éclairer les impacts sur le sol, les bâtiments, les ressources en eau et l’air. Plusieurs études ont documenté les séquelles de tels accidents en Afrique et dans le monde.
Cela nous conduit à formuler les questions et hypothèses suivantes :

  1. La capacité du sol de Kaloum à soutenir des immeubles au-delà de 2 dalles.
  2. La résistance des immeubles dans un rayon de 1 à 2 km aux ondes de choc liées aux activités en cours.
  3. L’impact des climatiseurs sur les vibrations des immeubles, surtout en période d’hivernage.
  4. Les mesures prises pour minimiser l’érosion et la contamination des sols voisins pendant la saison des pluies.
  5. La sécurité de la consommation des eaux de forage par la population de Kaloum.
  6. Les limites de profondeur des impacts de l’explosion.
  7. Les paramètres physico-chimiques des eaux souterraines après l’explosion.
  8. La détermination du sens d’écoulement des eaux souterraines pour guider la population.
  9. L’impact sur le fond marin et les espèces aquatiques.
  10. Les conséquences à long terme de la disparition d’espèces sur l’équilibre des écosystèmes et la vie humaine.
    Évaluation des Incidences Anticipées des Interrogations Soulevées sur la Population de Kaloum
    Analyse du Sol et des Bâtiments
    ➢ Capacité du sol à supporter les immeubles : Selon les experts, le sol de Kaloum pourrait ne pas supporter des immeubles au-delà de 2 dalles. La question se pose sur la capacité des immeubles dans un rayon de 1 à 2 km à supporter les ondes de choc d’une explosion.
    ➢ Climatiseurs et vibrations des immeubles : Les grands immeubles équipés de climatiseurs posés sur leur toit sont sujets aux vibrations, qui ont été identifiées comme contribuant à des effondrements. Cette question soulève des préoccupations quant à la stabilité des immeubles dans des conditions spécifiques, telles que la saison des pluies.
    Gestion des Eaux et de l’Environnement
    ➢ Mesures contre l’érosion en saison des pluies : Il est crucial de déterminer si des mesures ont été prises pour minimiser l’érosion du site et contrôler les eaux de ruissellement afin d’éviter la contamination des sols voisins.
    ➢ Consommation des eaux de forage : La sécurité de la consommation des eaux de forage par la population de Kaloum doit être évaluée pour éviter des risques sanitaires.
    ➢ Profondeur des impacts de l’explosion : La détermination de la profondeur à laquelle les impacts de l’explosion sont limités est cruciale pour évaluer l’étendue des dommages.
    Impacts sur les Écosystèmes Aquatiques
    ➢ Taux des paramètres physico-chimiques dans les eaux souterraines : Après l’explosion, il est essentiel de mesurer les taux des paramètres physico-chimiques dans les eaux souterraines pour évaluer les impacts sur la qualité de l’eau.
    ➢ Sens d’écoulement des eaux souterraines : Un sens d’écoulement des eaux souterraines doit être déterminé pour conseiller efficacement la population et orienter ceux en dehors des zones d’explosion.
    ➢ Impact sur le fond marin et les espèces aquatiques : La présence du pétrole dans l’eau peut perturber les écosystèmes marins, affectant les espèces aquatiques. L’analyse doit s’étendre à la chaîne alimentaire et aux interactions dynamiques entre les espèces.
    Conséquences Humaines et Psychologiques
    ➢ Exposition aux maladies psychologiques : Les personnes ayant subi l’explosion pourraient être exposées à des maladies psychologiques, nécessitant une évaluation et un soutien appropriés.
     
    Face à ces analyses, nous recommandons des études approfondies impliquant des experts en géotechnique, géophysique, hydrogéologie, chimie, environnement, toxicologie, géologie, hydrodynamique et psychologie. Ces études devraient prévenir des situations plus graves que l’explosion elle-même et évaluer les risques sanitaires, environnementaux et psychologiques auxquels la population pourrait être exposée.

Souleymane Fanta Konaté, titulaire d’un Master International en Technologie de l’Énergie et de la Production d’Hydrogène Vert, spécialisé en Géoresources (Éoliennes et Hydrologie), titulaire d’un Master en Géologie et Exploitation Minière avec une spécialisation en Hydrogéologie Appliquée de l’Institut Supérieur des Mines et de la Géologie de Boké, en Guinée et détenteur d’un diplôme d’Ingénieur en Environnement et Sécurité Industriels de la même institution.

RELATED ARTICLES

1 COMMENTAIRE

  1. Très bon boulot!

    Dans un pays normal, les problématiques soulignées dans études feraient l’objet de prise de décision en vue de limiter les conséquences de la tragédie.
    À regarder le fait, nous avons l’impression que les mesures prises se sont limitées uniquement à la maîtrise du feu(l’incendie).

    Cependant qu’il y pourrait avoir d’énormes conséquences à court et à long terme sur tous les composants de l’environnement.

    Le gouvernement devrait dans ce cas, s’intéresser à ces genres d’analyse pertinente menée par des experts en la matière.

    Merci mon cher ami pour ta contribution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Most Popular

Recent Comments