spot_img
spot_img
HomeBASSE GUINEEBoké/Kolaboui : la déconnexion du réseau électrique inquiète les autorités locales

Boké/Kolaboui : la déconnexion du réseau électrique inquiète les autorités locales

À Kolaboui dans la préfecture de Boké, le Directeur Général de Global Énergie de la localité a finalement déconnecté la centrale de la zone au réseau électrique qu’il réclame être sa propriété. Cette décision intervient après avoir adressé un courrier aux autorités locales et régionales depuis la semaine dernière. Pour cause, Amadou Baïlo Bah réclame 17 mois d’arriérés de salaire impayé à l’ANAIM et le dédommagement de son réseau électrique qu’il leur avait cédé en 2017 après les violents affrontements de la population qui réclamait le courant suite à la signature d’un accord de principe qui peine à être respecté.

Le DG de GEK a mis en exécution sa décision comme annoncé la semaine dernière. Dès la soirée de ce mardi 26 juillet 2022, Amadou Baïlo Bah a déconnecté son réseau à la centrale électrique de Kolaboui. Juste après la déconnexion de la ligne, l’entrepreneur s’est exprimé en ces termes « je n’ai pas vu de proposition concrète j’ai essayé de retirer ce qui m’appartient qui est le réseau électrique de Kolaboui et ça c’est jusqu’à la satisfaction de mes deux points de revendications qui sont le payement des 17 mois d’impayés et le dédommagement de mon réseau » a-t-il laissé entendre.

A la municipalité, les autorités expriment leur inquiétude face à des risques de violences que cela peut entraîner dans la cité surtout dans ce contexte de manifestation projetée par le FNDC et craignent des émeutes similaires à celles de 2017 ayant occasionné la destruction d’édifices publics. Gassim Kaba conseiller communal de Kolaboui exprime son inquiétude « on a des inquiétudes parce que dans la cité il y a la tension non seulement les gens ne sont pas contents de la prestation de monsieur Bangoura le coordonnateur de l’ANAIM mais aussi l’évènement du 28 juillet du FNDC aussi parce qu’il y a eu l’arrivée de Fonike Mengue ici pour la mobilisation de ses troupes, et si un tel évènement se produit et que les gens sont mécontents on est sûr qu’il y aura des répercussions dans la ville » s’inquiète-t-il.

Gassim Kaba n’a pas souhaité en venir à ce niveau, il rappelle que la commune a joué son rôle mais l’ANAIM est la seule responsable de ce qui arrive maintenant avant de défendre le jeune entrepreneur « depuis le début les autorités administratives de la région ont dépossédé monsieur Bah de son réseau. Ils ont donné la charge à l’ANAIM de le rembourser, on a eu des rencontres à la villa de trois avril de Kamsar, il y a eu des procès-verbaux qui en font foi, donc si l’ANAIM ne prend pas ses responsabilités Bailo est dans ses pleins droits de couper son réseau » soutient-il.

Une citoyenne de Kolaboui sous couvert d’anonymat, n’a pas manqué d’exprimer son regret « normalement hier c’était notre tour dans la rotation mais on n’a pas eu le courant, on ne souhaite pas qu’il y ait des mouvements de revendications ils n’ont qu’à tout faire pour nous rétablir très rapidement le courant, nous faisons des conserves avec ça sinon il y aura trop d’impacts » alerte-t-elle.

Le coordinateur de l’ANAIM, que nous avons contacté, n’a pas souhaité s’exprimer sur ce sujet. Dans la cité, des rumeurs courent de partout et chacun y va de son commentaire.

Hassatou Lamarana Bah

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Most Popular

Recent Comments

%d blogueurs aiment cette page :