Coyah/Insécurité:  5 individus arrêtés en possession d’armes de guerre

0
138

La direction générale de la police nationale à travers la direction centrale de la police judiciaire a procédé du 6 au 19 Avril 2022, à l’interpellation de 5 individus en possession d’armes de guerre de type PMAK, un fusil calibre 12, dans la zone de Coyah. L’information a été une réussite de par l’implication du BAC de la zone et la division criminelle de la direction centrale de la police judiciaire.

«Il s’agit des nommés Jean Lama alias Kalash tapissier de profession domicilié au quartier Coyah Topaz, Laye Magassouba alias Volume ou Un va tomber chauffeur de profession domicilié au quartier KM36, Amidou Camara alias Gnari Forè boucher de profession domicilié au quartier Cocherie dans la commune de Coyah, Ousmane Bah alias Konko Malela ou Konko Mou Djöma boucher de profession domicilié au quartier Claudya dans la commune de Coyah, Mamadou Djan Barry alias Kötö pêcheur de profession également domicilié à Coyah

Les susnommés ont reconnu plusieurs opérations de vol à mains armées menées dans la zone de Coyah et ses périphéries. 

La direction générale de la police nationale dans sa volonté de mettre hors d’état de nuire les bandits de grand chemin qui troublent la quiétude en appelle à la collaboration de chacun et de tous.

Ils ont été arrêtés dans la zone de Coyah. Depuis le 6 la BAC 15 de Coyah et la direction centrale de la police judiciaire procèdent à cette opération. Il leur est reproché plusieurs opérations dont la plus récente est celle de Somayah qui s’est passé dans la nuit du 5 au 6 ou ils ont réussi à emporter plusieurs objets embarqués dans leur véhicule. Mais malheureusement pour eux, chemin faisant ils se sont croisés avec la BAC 15 qui a pourchassé le véhicule et finalement le véhicule a été immobilisé et eux ils ont pris la fuite.
Sur information de la BAC 15, au niveau de l’abandon du véhicule il y avait 3 téléphones. Le propriétaire de l’un des téléphones est parti le lendemain à Gomboyah pour essayer de réactiver sa puce et puisque le numéro passait, la BAC avait déjà donné l’alerte, on est allés s’asseoir et on a appelé la BAC qui est venue l’interpeller pour le mettre à notre disposition. Il a coopéré et finalement on a mis main sur certains. Il y a d’autres qui sont en fuite mais que nous sommes en train de rechercher activement.
Le véhicule et son contenu se trouvent actuellement à Coyah et le dossier sera déposé au tribunal le Coyah»,Commissaire Amadou Sambo Bangoura, point focal des renseignements judiciaire.

«Je suis là pour un cas de vol à main armée. Je jure devant Dieu l’acte que j’ai fait, moi je reconnais je suis coupable des faits. je suis un forestier chrétien baptisé confirmé. C’est un petit qui m’a mis dans ce problème là, il s’appelle Sékouba Camara dit Reinguez, c’est lui qui m’a mis dans tout ce problème-là sinon moi j’ai mon travail. Même l’arme-la c’est lui-même qui a envoyé c’est pour lui. Un jour il m’a pris dans sa voiture nous sommes sortis pour aller vers Coyah, il m’a dit de l’accompagner. Nous sommes partis, il a pris des gens soit disant qu’on part pour voler. La vérité est bonne à dire, moi je les ai suivi. Nous sommes partis, il avait des armes, dès qu’il a ouvert la boutique le gars est sorti il m’a donné l’arme d’attraper et on a fait l’opération. Je ne sais pas de combien était le montant mais moi j’ai eu 2 millions. Je ne vous mens pas, je jure devant l’honneur je suis un chrétien et je mourrai. Je suis quelqu’un aussi qui ne mens pas, j’ai participé à plusieurs opérations et ça fait juste 3 mois que je suis rentré dans ça.
La dernière opération il m’a pris et m’a envoyé dans une villa. Là-bas on était au nombre de quatre personnes, moi, lui ( Reinguez), Kötö et une meuf. De là-bas après l’attaque on a pris le véhicule, le véhicule c’est pour lui, en venant on s’est croisé avec la BAC 15. La BAC 15 aussi nous a poursuivi jusqu’à on venait vers l’école militaire, son pont a été percé et nous sommes descendus du véhicule. Il a pris l’arme et on a pris la fuite. J’étais avec lui et Kötö et la fille. Malheureusement pour moi mon téléphone est resté dans le véhicule. Donc il est allé cacher l’arme et le lendemain matin moi je suis allé réactivé ma puce sachant que les gens allaient m’appeler et les parents aussi puisqu’ils ne savent pas que je suis dans un tel groupe, j’avais peur aussi qu’on aille attaquer mes parents à cause de moi, car les gens ont confiance en moi», a precisé le mis en cause du nom de Jean Lama dit Kalashnikov.

Maké Fofana 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code