Aboubacar Diallo, DG GFM : « la saison Anaconda est une saison à la fois d’innovations, mais aussi de hardiesse…» (Interview)

0
211

Entré avec fracas dans le landerneau médiatique guinéen, il y a seulement une année, le Groupe Fréquence Médias (GFM) a réussi à s’y faire une place au soleil, rien qu’à travers la radio FIM FM (95.3), allant jusqu’à se disputer la pole position avec d’autres mastodontes de cet univers.

Première radio d’information en continu du pays, FIM FM a su imposer sa marque et à conquérir le cœur des guinéens dont l’appétit à qualitativement et diversement s’informer grandissait au moment où la filière de l’information est plurielle et fait face à l’invasion des fake news.

Après donc une première saison, dont le bilan est globalement positif, le Groupe Fréquence Médias entame la « Saison Anaconda », à partir du lundi 17 janvier 2022, avec beaucoup d’innovations. Des innovations que son Directeur Général a bien voulu évoquer, dans une interview exclusive qu’il a accordée à notre rédaction.

Mais bien avant, Monsieur Aboubacar Diallo a fait le bilan de la première saison, démarrée le 25 janvier 2021.

Lisez plutôt !

Mosaiqueguinee.com : vous entamez la saison 2 de la radio FIM FM le lundi 17 janvier 2022. Après une première saison qui a démarré le 25 janvier 2021, quel bilan vous en dressez ?

Aboubacar Diallo : Merci pour cette opportunité. En tant que Directeur Général, membre du conseil d’administration du GFM, j’ai un sentiment de fierté au terme de la première saison de la radio. Une saison pleine, une saison qui a démarré avec certes des appréhensions, des doutes, comme cela arrive dans le cadre de toute entreprise qui démarre, mais nous avons su, par la force du poignet, par la force de la conviction, par la force du travail, donner un sens, une trajectoire à cette première saison, cette première expérience.

C’est vrai que c’était, à la base un gros challenge. Dans l’ensemble, nous avons tenu ce challenge. Globalement, il faut dire que c’est un bilan extrêmement positif, un bilan de grande satisfaction pour le conseil d’administration et la Direction Générale. Nous nous réjouissons de la forte implication qui a été celle de toutes les équipes (Staff dirigeant, la rédaction, les programmes, les animateurs, les techniciens, le pool digital, service commercial…).

C’était quoi le pari pour vous, vu le nombre de médias en Guinée, particulièrement à Conakry ?

Le pari, c’était d’abord de pouvoir lancer quelque chose et de pouvoir donc le mettre sur orbite et je crois que cela a été fait. Aujourd’hui, nous avons une certaine reconnaissance à la fois au sein de notre milieu, celui des médias, mais aussi au niveau de l’opinion. FIM FM existe déjà et de la plus belle des manières dans le subconscient collectif, au terme de sa première année.

La vérité est que la marque, elle existe désormais. Donc, il va falloir sur les saisons à venir, à commencer par celle qui va s’ouvrir le lundi, faire en sorte que cette marque s’impose davantage (…).

La saison « Anaconda » s’annonce. Vous avez sans doute, déjà tout planifié. Dites-nous d’abord, pourquoi l’appellation « Saison Anaconda » ?

Saison « Anaconda », oui, nous avons voulu l’appeler ainsi. Vous connaissez l’Anaconda. C’est un serpent assez terrifiant. Mais, nous ne voulons pas faire peur aux gens(Rire). Nous nous sommes dit que nous sortions d’une saison bien accomplie, pleine et que cette nouvelle saison, elle se place sous le sceau de la consolidation, mais bien plus. C’est une saison à la fois d’innovations, mais aussi de hardiesse, dans la volonté de mieux faire, d’aller plus loin, de mieux servir nos publics, mais aussi une volonté assez affirmée… de se mettre à un niveau assez élevé dans le cadre de la concurrence. Donc, nous n’allons pas faire dans la fausse modestie, pour dire, oui nous sommes un média naissant, nous avons trouvé des cadors sur le terrain, il faut y aller avec beaucoup de prudence. Ce n’est pas ce qui nous caractérise. Moi qui suis le chef d’orchestre, je suis quelqu’un qui aime relever les défis, quelqu’un qui aime s’attaquer aux défis (…). C’est donc une saison d’alerte maximale pour dire à nos concurrents, à tous ceux qui pensaient que nous ne pouvions pas relever ce défi, qu’ils doivent définitivement compter avec nous, nous attendre plus haut et plus fort. C’est la signification qu’on donne à cette appellation de ‘’saison Anaconda’’.

Quelles seront les innovations en termes de contenus et tout ce qui se rapporte au bon fonctionnement du média ?

En termes d’innovations, il faut d’abord noter que nous avions une grille des programmes des plus fournies, des plus ambitieuses, que nous avons davantage renforcée (…). FIM FM, d’abord, c’est une radio d’information en continu. Ce qui va changer au niveau des infos, c’est qu’il y a le contenu de certains grands rendez-vous, qui va être remanié pour pouvoir les adapter au goût du jour et aux aspirations de nos auditeurs. Ces réformes vont être constatées à l’antenne à partir du lundi.

L’autre innovation, nous allons étirer l’émission « Mirador » jusqu’au samedi de 08 heures à 11 heures. Nous avons estimé qu’il n’y a pas d’émission de débat politique d’envergure, les samedis, sur tout le réseau de l’écosystème médiatique guinéen ; donc, nous avons voulu combler ce vide. Parce que nous avons eu aussi beaucoup de demandes à cet effet et nous avons voulu donc faire ce sacrifice (…).

Grâce à notre fort potentiel en termes de ressources humaines, nous avons décidé aussi de féminiser « Mirador », avec l’arrivée de trois dames dans l’équipe, en l’occurrence Djamila Thianghel, Diaraye Guirassy et Harissatou Sow.

De l’autre côté, les grands changements sont à noter au niveau des programmes. Nous allons injecter dès le lundi 17 janvier une panoplie de dix (10) nouvelles émissions. Nous atteignons ainsi la barre de 55 émissions. L’émission économique va connaitre une nouvelle touche, avec de nouvelles rubriques. Elle change d’animateur également, et sera désormais pilotée par moi-même Aboubacar Diallo. Parce que nous avons voulu repositionner Akoumba Diallo sur l’émission « Mirador », en tant que responsable du desk « Enquêtes ». Parallèlement, il continuera de piloter l’émission sur les mines.

Donc, la première émission qui débarque c’est « Comptoir », consacrée à l’économie. Nous aurons une émission qu’on appelle « Au fil de la transition », qui sera pilotée par Zakaria, Talibé et Mohamed Kaba. Troisièmement, nous avons voulu donner de la force aux langues nationales en créant une émission de débat d’une heure, appelée « Dentéguet », qui va arriver juste après Mirador à 11 heures. Et elle sera exclusivement en langue Soussou, avec Ousmane Bangoura qui est vraiment une grande gueule en la matière, ce sera du lundi au vendredi.

Au lieu de 10 émissions en live streaming sur nos plateformes digitales, nous passons à 25 cette année. Ça fait un gros effort sur le digital.

Autres émissions qui arrivent, les soirs désormais, les amazones de FIM vont prendre possession de l’antenne dans l’émission qu’on appelle « Gossip ». Marie Thérèse, Tigui Bah et Orbi Love seront aux manettes de cette émission à partir de 20 heures (…). La durée de l’émission « Panora Culture » a aussi été prolongée, elle sera donc d’une heure. Une manière pour nous de donner plus de place à la culture sur notre antenne.

L’autre innovation, ce sont les infos en langue Arabe, en plus du français et de l’anglais. Cela fera que nous aurons trois langues étrangères à l’antenne, en plus des langues locales.

Il y a aussi que nous créons une émission qui s’appelle « FIM Campus », qui va braquer les projecteurs sur les atouts des écoles et des universités. Parce qu’on a tendance à tout peindre en noir quand il s’agit des écoles et des universités guinéennes…

Nous allons également lancer un grand concours scolaire de génies en herbe, qui va mettre en compétition l’ensemble des écoles de Conakry, mais aussi de l’intérieur du pays, dans le cadre d’une émission qui va s’appeler « School Olympic », avec Emmanuel Millimouno. Il y aura également l’émission « Bal du terroir« , qui sera de l’animation consacrée au folklore du pays. Voilà en gros les innovations au compte de cette rentrée.

Enfin, à partir de son studio basé au Havre (France), Ibrahima Sory Mansaré, le maestro, rapportera toutes les dernières sorties ciné, hight tech et autres, dans l’émission ‘’QDS’’, tous les dimanches.

Les auditeurs et internautes réclament la chaîne FIM 24. Qu’est-ce qui est en train d’être fait pour concrétiser cette ambition ?

Par rapport à FIM 24, c’est une demande qui se fait persistante. Et nous comprenons nos auditeurs et tous ceux qui aiment FIM, c’est tout à fait leur droit. Et je peux dire que c’est un projet qui tient la route, qui ne devrait plus tarder à voir le jour. Nous y travaillons ardemment et sérieusement. Et pour ce faire, les travaux vont être lancés au plus tard début février. Ainsi, cela ira très vite pour que la chaine soit disponible.

Ce dont je peux assurer les guinéens, ce que nous ne pouvons pas nous permettre d’atteindre le milieu de l’année 2022, sans FIM 24.

Au-delà de FIM 24, il y a la question de l’extension de la radio en régions. Qu’est-ce qui est prévu pour y arriver ?

Oui vous avez raison, là aussi, je pus vous assurer que des dispositions sont prises, pour faire implanter dans le courant du premier trimestre de l’année, des antennes de relais de la radio, dans les grandes villes de l’intérieur du pays, pour commencer. Ça va arriver rapidement à Boké, Kindia, Labé, Kankan et N’Zérékoré. Mamou, Faranah et d’autres villes comme Dabola, Kissidougou, Dalaba…, vont suivre.

Qu’avez-vous à dire aux guinéens à l’orée de cette rentrée ?

D’abord, je leur dis MERCI pour le soutien, merci pour la confiance. Mon équipe et moi, nous mesurons le poids de cette confiance et celui des attentes. Savoir qu’en si peu de temps, autant de guinéens d’ici et de l’étranger, nous font autant confiance, cela nous impose rigueur et professionnalisme, à toute épreuve. Nous prenons l’engagement que nous ne décevrons pas nos compatriotes. Ils peuvent compter sur nous.

Votre mot de la fin !

Je voudrais ici saluer les clubs d’auditeurs de FIM qui existent et qui nous soutiennent avec vigueur. Notamment l’équipe de Poulho Toro Linsan et celle de Machiavel RPG Keita de Matam. D’autres clubs FIM sont en gestation, aussi bien à Conakry qu’en provinces. Sur ce, j’invite tous et toutes à être plus nombreux à l’écoute de la radio demain lundi 17 Janvier 2022, et à être fortement mobilisés sur nos plateformes digitales pour nous suivre, dans le cadre de cette nouvelle saison.

Merci !

Avec mosaïqueguinée.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code