spot_img
spot_img
HomeGUINEESanté: Monkeypox ou la variole du singe, une maladie à éviter

Santé: Monkeypox ou la variole du singe, une maladie à éviter

Découvert pour la 1ère fois en 1958 dans les colonies de singes gardés pour la recherche, le 1er cas chez l’homme a été découvert en 1970 en République Démocratique du Congo (RDC). Ensuite, plusieurs pays d’Afrique (Centrale et Occidentale) ont signalé des cas de Monkeypox humains. A cause des voyages internationaux ou des animaux importés, plusieurs cas de Monkeypox se sont produits en dehors du continent africain.

L’agent pathogène pour cette maladie est un virus dont le réservoir naturel reste inconnu. Les rongeurs africains et les primates non humains y compris les singes ont la capacité d’héberger le virus et d’infecter les humains.

Du 13 au 21 mai 2022, 92 cas confirmés de Monkeypox et 28 cas suspects de Monkeypox ont été signalé dans 12 états non-endémiques des USA dont plus de la moitié chez des hommes faisant des rapports sexuels avec des hommes.
La contamination se fait par contact avec le virus à partir d’animal infecté, de personnes infectées, d’objets contaminés. La transmission mère-fœtus est possible.

La transmission est également possible par morsures ou griffures d’animaux infectés, par contact avec les fluides corporels ou les plaies de personnes infectées.
Cliniquement, après l’incubation peut aller de 5 à 21 jours et en moyenne 12 jours, commencent une fièvre, des maux de tête, des maux de dos, de lymphadénopathie, de toux non-productives, de douleurs articulaires et quelques fois de douleurs musculaires, nausées, vomissements, Léthargie. 1 à 10 jours plus tard, apparait une éruption cutanée sur le visage, le tronc et les extrémités avec les étapes suivantes : Les Macules, puis les Papules, puis les Vésicules, puis les Pustules et les croutes avant de s’effondrer.

La maladie chez l’homme dure environ 2 à 4 semaine avec une très faible mortalité (au moins 1 personne meurt sur 10 ayant contractée la maladie).
Excepté la présence des lymphadénopathies dans le Monkeypox humain, la maladie reste similaire à la variole.

En Guinée, aucun cas de Monkeypox humain n’a été rapporté et les mesures doivent être prises pour prévenir cette maladie. Tous les voyageurs venant des zones touchées actuellement par la maladie doivent subir des investigations à leur arrivé en Guinée. Il est utile de limiter au strict minimum le voyage des animaux en provenance des zones touchées.

Dr Ibrahima Traoré, médecin dermatologue

RELATED ARTICLES

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code

Most Popular

%d blogueurs aiment cette page :