Lutte contre les faux médicaments en Guinée : 5 vendeurs mis aux arrêts par les services de sécurité

0
93

Le secrétariat général à la présidence chargé des services spéciaux et de la lutte contre les crimes organisés, a procédé ce mercredi 27 avril 2022, au lancement de la campagne de lutte contre les faux médicaments. Cette journée est le début d’une lutte acharnée contre la vente illicite des médicaments pour veiller au bien-être de la population.

Dès après le lancement, d’importants lots de médicaments impropres à la consommation ont été saisis dans des magasins au marché de Bomfi et dans une boutique OrangeMoney sise au quartier Cosa, et cinq vendeurs de médicaments de la rue ont été mis aux arrêts.

Pour l’officier à la tête de cette bataille, ces saisies sont une preuve de l’engagement du gouvernement.

« Cette descente sur le terrain, c’est pour lancer l’opération de lutte contre les faux médicaments qui représentent aujourd’hui une menace pour la santé publique. On a procédé à la fermeture de cinq boutiques, à l’issue du constat rien que des faux médicaments. Le citoyen lambda n’a pas les possibilités de faire une telle lutte, ce n’est que la force publique qui peut aider la population à la débarrasser de ces toxines.

À l’issue du parcours, nous terminons avec l’assistance d’un huissier pour le respect de la procédure malgré que nous réagissions en flagrant délit. 

Cette boutique que vous voyez Orange money à son intérieur ces des médicaments contrefaits qui s’y trouvent et qui sont vendus, sont tous délabrés. Des produits qu’on ne peut pas donner à un être humain à plus forte raison un animal.

Tous ceux qui se fient à cette pratique criminelle malgré toutes les activités de sensibilisation nous allons leur montrer qu’il existe une loi devant laquelle ils vont répondre », a indiqué le commissaire Foromo Soropogui.

Présent pour certifier la procédure,  Me Mamadou lamdo Bah indique : « En qualité d’huissier de justice nous assistons aux opérations de la lutte contre les faux médicaments. Au prima à bord quand nous arrivons sur les lieux, nous commençons d’abord par nous adresser aux vendeurs est-ce qu’ils ont des documents qui les autorisent à exercer une telle activité. Et pour le moment cinq ont été interpellés et ils nous ont tous affirmé qu’ils n’ont aucun document à exercer une telle activité. Pour le moment, ça se passe dans la plus grande transparence ».

Nous leur demandons de prendre tout ce qui est objet personnel et devant eux, nous prenons une quantité qui va servir de sceller des échantillons en quelque sorte que nous mettons dans des sacs, nous scellons devant eux et nous leur confions même le sac parce qu’ils doivent être auditionnés au service. Donc c’est eux même qui vont détenir les sacs jusqu’au niveau du service. Arrivés au service ça relèvera du pouvoir discrétionnaire des policiers qui auront en charge de gérer l’enquête », a-t-il martelé.

Fatoumata titi Camara qui pratique ce commerce, a pour sa part demandé la clémence des autorités.

« Nous savons que nous n’avons pas raison, mais qu’ils nous permettent d’écouler ces produits après on s’investira dans une autre activité. Par contre, les produits que nous commercialisons sont bénéfiques à ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter les produits dans des pharmacies. Mais nous les invitons aussi  à lutter tout d’abord, contre l’importation de ces produits à travers le port autonome de Conakry ».

Selon les autorités, cette opération est le début d’une bataille organisée contre les fraudeurs.

Maken Fofana. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

*

code