Victimes de la marche funèbre : Faya Millimono invite la communauté internationale à s’impliquer dans les enquêtes

Le décompte macabre se poursuit en Guinée, au moins 3 nouveaux cas de morts et des blessés ont été enregistré à Conakry le lundi 4 novembre, dans les heurts qui ont éclaté entre les forces de l’ordre et partisans du Front national pour la défense de la constitution.  

Dans un communiqué, mercredi, le gouvernement soutient que les cas de morts ont été enregistrés en dehors du périmètre de la marche funèbre du 04 novembre 2019, des onze jeunes tués lors des manifestations visant à empêcher le président Alpha Condé de modifier la constitution, dans l’espoir éventuel d’obtenir un troisième mandat, les 14, 15, et 16 octobre dernier.

En réaction à cette sortie médiatique des autorités guinéennes, le président du BL affiche toute son indignation et qualifie le gouvernement guinéen de « farfelu ». Avant d’inviter la communauté internationale, à s’impliquer davantage dans les enquêtes afin de retrouver les auteurs de ces crimes.

« Ce que nous, nous cherchons par rapport à tout ça, est qu’il y ait une enquête indépendante dans notre pays avec la participation de la communauté internationale. Nous ne sommes pas au quinzième siècle, mais plutôt en 2019. Aujourd’hui, quand une balle est tirée, on peut savoir exactement la carte d’identité de l’arme. Ce n’est pas un communiqué d’un gouvernement farfelu qui peut aujourd’hui nous convaincre à l’idée, que ces gens-là n’ont pas été tués dans le périmètre de la marche funèbre. C’est un des gouvernements liberticides, irresponsables que ce pays ait connu et je ne peux pas commenter quelques choses que dit un tel gouvernement », a-t-il été directe sans caché sa déception d’entendre de tels propos de la part d’un gouvernement.

Mohamed Barry, 22 624 39 57 84

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :