Val D’Oise : Un homme décapité, un suspect tué par la police

Un professeur d’histoire a été tué vendredi à Conflans Saint-Honorine en pleine rue. Le parquet antiterroriste a annoncé être saisi de l’affaire.

Un homme a été retrouvé décapité vendredi à Conflans Saint-Honorine, dans les Yvelines. L’auteur présumé du meurtre a été abattu dans une commune voisine, à Eragny, dans le Val-d’Oise, selon une source policière à BFMT

Le parquet antiterroriste annonce être saisi

D’après nos informations, les faits se sont déroulés vers 17h, près d’un établissement scolaire, où un homme décapité a été retrouvé. Quelques centaines de mètres plus loin, à Eragny, des policiers ont tué un homme qui les menaçait avec une arme blanche.

Le parquet antiterroriste a annoncé être saisi de l’affaire ce vendredi soir. L’enquête a été ouverte pour “assassinat en relation avec une entreprise terroriste” et “association de malfaiteurs terroriste criminelle”.

La victime est un professeur d’histoire

L’homme décapité est un professeur d’histoire ayant montré les caricatures de Mahomet en classe, a indiqué la police à l’AFP.

Selon nos informations, un signalement avait été fait récemment dans un lycée de Conflans-Saint-Honorine, la commune où la victime a été tuée. Des parents d’élèves se plaignaient que des caricatures du prophète Mahomet aient été montrées par un professeur en cours.

Les enquêteurs s’interrogent actuellement sur un lien entre ces faits et l’attaque. Ce lien n’a pas été établi à cette heure.

Gérald Darmanin rentre en urgence

Le Premier ministre va se rendre sur place. De son côté, le ministre de l’Intérieur, qui s’est entretenu au téléphone avec le président et Jean Castex, rentre en urgence du Maroc où il était en déplacement, a indiqué Beauvau à BFMTV. Par ailleurs, Marlène Schiappa, ministre déléguée, est présente en cellule de crise.

Une “violence inouïe”

Dans un message publié sur Twitter, la police national du Val d’Oise recommande d’éviter le secteur au niveau du boulevard de la commune de Paris et l’angle du boulevard Salengro à Eragny.

“C’est d’une violence inouïe”, a réagi le maire d’Eragny Thibault Humbert sur notre antenne. “Il faut souligner la rapidité avec laquelle les policiers ont neutralisé l’individu”.

Avec Bfmtv

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :