Tribune: Le FNDC, une lutte citoyenne déguisée en défense des intérêts politiques.

Dans le souci permanent de  garder les racines de sa jeune démocratie, le peuple de Guinée en bonne partie comptait sur les appuis du FNDC pour faire face au système qui, dans un paroxysme du désespoir tente délibérément d’accaparer le pouvoir dans le seul but de protéger et de générer ses avoirs. Que devrait-on faire face à un système qui n’a point d’égal qu’à lui-même?
Quitte à arrêter et à condamner des citoyens à la défense de leur conviction;
Quitte à tuer des citoyens qui, manifestement s’opposent à son idéologie;
Quitte à marginaliser et à s’en servir de bouclier si elle affichait une opposition radicale (la gent féminine);
Quitte à violer ses propres lois en premier, en programmant la première session des députés devant  réunir plus de 114 personnes et pouvant faire l’objet de nouvelles propagations (Même si les députés ont été testés négatifs au covif-19);
Quitte à organiser des élections dans une crise sanitaire et dans une atmosphère violente sans précédente (même si cela serait la base d’un calvaire pour les citoyens);

Où allons-nous ? Le FNDC suit-il sa dynamique ? L’état d’esprit  citoyens serait-il une réalité ? Quel bilan pouvons-nous tirer des manifestations précédentes ? Le comptage des morts devrait-il être une victoire ? Non, sûrement point.

La lutte génésiaque du FNDC  était principalement composée de deux variantes :
1) Défendre la constitution de 2010 contre vents et marées;
2)barrer toute éventualité de 3ème mandat ou même le 1er d’une nouvelle constitution du régime en place. Si la première s’est avérée non productive, se préparer pour mieux réussir la deuxième serait l’opportunité la plus saisissante que de tomber dans cette guéguerre intestinale et/ou ce complexe de Caïn orchestrés par Mr CELLOU DALEIN DIALLO et L’UFDG depuis les premières heures de la troisième république.

Vouloir répondre coûte que coûte aux faires du système en place serait sans nul doute cautionner au même titre que lui la bassesse en découlant de ses faires jugés irresponsables et immoraux.
Vouloir réprendre les manifestations de rues (journée ville morte) dans une crise sanitaire de telle, serait l’émanation d’un esprit corrompu et anti-républicain.
Juste pour tenter d’empêcher la tenue d’une première session, le FNDC est-il obligé de mettre la vie de ses militants en danger qui, déjà peine dans une tristesse profonde en raison  de ses multiples fautes tactiques et stratégiques, non absolument pas !
Pour une fois, le FNDC se doit d’être responsable et doit se désolidariser de cette lutte d’intérêt des partis politiques.
Le FNDC génésiaquement accroché à ses valeurs standards n’aurait rien en adéquation avec l’élection ou la tenue des sessions des députés.
Son combat (notre combat qui lui fut confié); il l’a oublié, il l’a perdu de vue juste parce-qu’il est manipulé, juste parce-qu’il a trahi et continue de trahir le  peuple qui l’a aveuglément suivi.
Le comptage de morts pendant les manifestations n’est guère suffisant pour les leaders du FNDC, ils veulent majorer les statistiques sombres de l’ANSS (Agence nationale pour la sécurité sanitaire) pour que perdure cette crise sanitaire.

Ce gouvernement insouciant ne peut point nous aider à éradiquer cette pandémie ( parce qu’il l’a vue venir et il a occasionné sa propagation ).
Ce FNDC manipulé ne devrait surtout pas nous obliger à mettre nos vies en danger pour n’importe quel intérêt que ce soit pendant cette crise.
Jeune de Guinée d’ici et d’ailleurs, soyons responsables de notre avenir. Nous ne sommes les cobayes de personnes !

Restons à la maison respectons les barrières sanitaires. Puisse Allah nous protéger. Amina.

Que Dieu bénisse notre chère patrie.!!

Par IYA DJIBRIL Keita, Ingénieur d’Etat en phase soutenance.

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :