« Si on doit dialoguer, ça doit être autour de la restauration de la victoire de Cellou Dalein qui est le résultat des urnes »

Alors qu’une éventuelle participation de l’UFDG à un dialogue afin d’aplanir les divergences entre le pouvoir et l’opposition polarise le débat, le coordinateur adjoint de la cellule de communication dudit parti persiste et signe que la seule chose sur laquelle l’UFDG est prête à dialoguer reste et demeure la restauration de la victoire de Cellou Dalein à la présidentielle du 18 octobre 2020.

Contrairement à l’UFR de Sidya Touré et l’UDRG de Bah Oury qui s’inscrivent toutes dans la logique du dialogue, Joachin Baba Millimouno indique que l’UFDG n’est pas prête à aller à un dialogue dans les conditions actuelles.

« Il n’y a  aucune offre et il n’y a pas d’opportunité de dialoguer avec le pouvoir. Et Alpha Condé c’est quelqu’un qui n’a jamais respecté les conclusions des dialogues politiques qui ont eu lieu en Guinée », fait savoir le coordinateur adjoint de la cellule de communication de l’UFDG, invité dans l’émission les Grosses Têtes de la radio Tropicale FM.

Plus loin, il souligne : « Donc si on doit dialoguer, ça doit être autour de la restauration de la victoire de Cellou Dalein qui est le résultat des urnes »,  martel M. Millimouno.

Pour lui, l’UFDG ne cédera pas aux intimidations et chantages pour conquérir sa victoire et se battra pour la libération de ses cadres et militants détenus ainsi que pour l’ouverture de son siège et quartier général.

« La libération de nos responsables frères camarades de lutte et militants arbitrairement détenus en prison nous préoccupe. Mais nous ne sommes pas prêts à aller discuter avec qui que ce soit pour leurs libérations comme préalable à un éventuel dialogue… Nous ne sommes pas prêts à ramper pour obtenir leurs libérations dans la mesure où ils sont illégalement arrêtés. Dialoguer pour la libération des prisonniers politiques, c’est cautionner l’illégalité, cautionner la violation de leurs droits, cautionner la dictature d’Alpha Condé

Faut-il discuter de la libération du siège de l’UFDG ? Là également Joachin Baba Millimouno est catégorique : « Non, nous avons saisi la justice sur ce cas, le dossier est pendant au tribunal où l’audience a été reportée à plusieurs reprises. Ce qui reste clair, il n’est pas question que l’UFDG participe à un quelconque dialogue

Mohamed Barry        

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :