Sekouba Savane, DG de la RTG: “Pourquoi il faut changer? “

Depuis la présentation du nouveau projet de Sekouba Savane, directeur général de la RTG, visant à charger le statuquo des travailleurs de la télévision nationale, des bisbilles s’enflamment tant à l’intérieur de la boîte qu’à l’extérieur. L’initiateur de ce projet a lui-même brisé le silence ce mardi 02 juin 2020, chez nos confrères de la Radio Espace.

« Remarquez autour de nous, même les chaînes privées que nous avons, regardez la RTS, RTI etc… il y’a 4, 5 ans, les présentateurs qu’on voyait là-bas qu’on ne voit plus. Il y’a eu des grands présentateurs, mais à des moments il faut changer. Pourquoi il faut changer, parce que premièrement, ces personnes pétries d’expérience et de talent peuvent s’occuper d’autres choses, faire des grandes émissions. Mais regardez dans le programme, est-ce que vous avez de grandes émissions à la RTG? Tout le monde s’en plaint. Il n’y en a pas. Je suis allée au conseil de rédaction, j’ai commencé d’abord les réunions de direction. J’ai dit on ne peut pas garder le statuquo, il faut qu’on prenne nos responsabilités et qu’on donne satisfaction à notre public. La RTG ne peut pas se résumer au seul journal télévisé. Il faut qu’on exploite les ressources humaines que nous avons de façon rationnelle. Il y en a qui se sont notabilisés à leur poste, il faut qu’ils prennent leur responsabilité. Qu’ils s’ouvrent vers des émissions. Vous ne pouvez pas faire de grandes émotions avec des journalistes qui ont aujourd’hui peut-être 1 ou 2 ans. Ceux-là qu’on dit de grands présentateurs, je les prie de prendre des grandes émissions, on saura s’ils sont de grands journalistes » a défendu le directeur général de la RTG, en ajoutant « Il faut qu’on sorte des mensonges et de la manipulation ».

Poursuivant son intervention, Sekouba Savane se dit être étonné de son DGA qui sort du contraire de ce qu’il s’accorde. « J’ai été tellement de bonne foi, que je me suis déplacé personnellement pour aller dans son bureau, dire M. le DGA , je veux que vous portiez ce projet et pour des raisons suivantes, vous êtes présentateur et directeur général adjoint, depuis que je suis là je ne vous ai pas vu fonctionner en DGA. Vous ne m’avez pas appuyé sur le plan administratif, vous vous contentez de la présentation du journal et ça vous prend assez de temps. Même quand je vous dis aller me représenter dans telle réunion, vous dites non, que vous êtes au journal. A la fois au four et au moulin. Vous choisissez ou vous êtes présentateur ou vous êtes DGA. Mais j’ai été plus souple que ça. je ne dis pas que vous ne présentez pas, mais vous savez pourquoi je voudrais que c’est vous qui pilotiez le dossier, parce que tout simplement vous avez forgé votre notoriété à la présentation. Je n’accepterai jamais que mon projet soit présenté comme une occasion d’humiliation pour qui que ce soit. Si c’est vous qui pilotez ça, vous maîtrisez parfaitement le domaine, vous pourriez mieux m’aider à piloter ce projet.

Ce qui a été mon grand étonnement, c’est quand on s’accorde sur des choses, c’est le contraire que j’entends après dans les couloirs pour dire non le DGA dit que vous n’avez pas dit ça. Il y’a des témoins à la maison qui peuvent le confirmer », a-t-il signalé.

Le directeur général de la RTG a insisté qu’il ne s’agit pas de renvoyer qui que ce soit, mais il s’agit d’une réforme.

Mouctar Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :