Sekou Koudouno: « On attend le seul média qui dira le FNDC ne veut pas la paix, nous sortirons… »

Après le décret du président Alpha Condé appelant les guinéens au référendum le 1er mars, le Front National pour la Défense de la Constitution (FNDC), dans sa dynamique de s’opposer au projet de nouvelle constitution prépare de nouvelles stratégie pour empêcher ce référendum. Avant toute réaction, le Front attend la réponse des chefs religieux qui lui a exigé une trêve pour pouvoir discuter avec le chef de l’Etat. Selon Sekou Koundouno, cette trêve prendra fin à partir de demain jeudi 6 février.

« Au FNDC nous en tirons toutes les conséquences en la matière e la position reste la même. Déjà nous sommes en période de trêve où nous sommes en train d’observer la demande qui a été faite par nos chefs religieux. Cette trêve prendra fin demain jeudi 6 février dans l’après-midi. Nous déploierons tout afin d’empêcher la tenue de ce scrutin », a rappelé le chargé des stratégies au sein du FNDC.

En attendant la fin de cette trêve, Sekou Koundouno met en garde toute corporation qui en voudra au FNDC. « Demain soir nous aurons une réponse de ces chefs religieux. Nous en tirons toutes conséquences. Qu’ils soient maintenant hommes de médias, religieux, hommes de coordination ou structure de la société civile, personne n’en voudra au FNDC pour dire qu’on ne veut pas la paix en Guinée. Ce que nous demandons c’est demain à partir de 18h, nous en tirons toutes les conséquences. Et on attend à partir de demain le seul média qui dira que le FNDC ne veut pas la paix. Nous sortirons toute l’adrénaline nécessaire pour dire à ce média qui il est », a-t-il averti chez nos confrères de Chérif fm.

Mouctar Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :