Sanctions de l’UE : « C’est un non-évènement », dixit l’avocat de Dadis

Le Haut représentant et vice-président de la commission Européenne a, dans un courrier qui date du 12 mai 2021 indiqué que cinq (05) présumés auteurs du massacre du 28 septembre 2009, dont l’ex président de la transition Moussa Dadis Camara font l’objet d’une sanction à savoir l’interdiction de voyager sur le territoire des États membres de l’UE et du gel des avoirs.

Interrogé sur cette question, Jean-Baptiste Jocamey Haba, avocat du président du CNDD qualifie ces sanctions comme d’un non-événement.

« Nous sommes surpris de ses sanctions que nous considérons comme inutiles, c’est un non-événement. Le président Dadis n’a ni bien… ni bien en nature sur le territoire de l’Union Européenne. Alors comment peut-on parler de gel de ses biens ? Depuis au moins 10 ans, Dadis est à Ouagadougou et lorsqu’il a quitté c’était uniquement pour venir en Guinée et aller au Maroc. Comment peut-on penser un seul instant qu’il peut avoir l’intention d’aller sur le territoire de l’Union Européenne ? », a-t-il fait savoir.

« Ces sanctions sont sans objet à son égard, mais au-delà même de cela , il y’a d’autres éléments qui sont plus importants, c’est que l’Union Européenne veut tout simplement ternir l’image du président Dadis, porter atteinte à son honneur et mettre dans la tête du Guinéen moyen que Dadis pendant sa présidence a pu amasser beaucoup d’argent,  qu’il aurait investi chez eux. Ce qui est archi faux. C’est regrettable que l’on veuille présenter un homme honnête patriote qui a servi la Guinée, qui n’as jamais imaginé se servir du pays, que l’on veuille le présenter comme tel », a t-il rétorqué avant de rassurer:

« Nous ne donnerons pas du crédit à ce que l’Union Européenne a déclaré, nous ne leur donnerons pas de la valeur, parce-que nous savons déjà qu’elle est en perte de vitesse, c’est plutôt elle qui est dominée à la fois par les États-Unis, la Chine et la Russie. Donc y’a aucune raison que pour se faire un nom, qu’elle utilise celui d’un homme qui est Dadis. Aucune procédure particulière n’est à exercer contre la commission européenne qui s’érige toujours en donneuse de leçon. Nous savons exactement quelle est déjà sa position par rapport à Dadis », a laissé entendre Jean-Baptiste Jocamey Haba

Mansaré Naby Moussa 628-030-370

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :