Résolution/Coordinations régionales : « Au lieu d’être un facteur de stabilité, elles deviennent une source d’instabilité »

Parlant de la résolution adoptée par les députés, l’honorable Boubacar Siddighy Diallo explique : « Depuis quelques jours des problèmes de représentations et de successions traditionnelles sont en train d’endeuiller des familles à Macenta. Avant ces violences de Macenta, il y a eu beaucoup de problèmes avec les coordinations qui se politisent du jour au lendemain, et elles prennent un élan à s’impliquer dans la politique. Puisqu’il y a déjà mort d’hommes, il faut donc mettre fin à ça pour ne pas que d’autres Guinéens meurent pour une simple nomination d’une personne à la tête d’une confrérie… », a-t-il laissé entendre dans l’émission les Grosses Têtes de la radio Tropicale.

Désormais, il est demandé aux coordinations régionales et des organisations assimilées d’éviter d’avoir des prises de positions politiques et partisanes et l’immixtion dans les questions judiciaires. Pour le président du parti UMP, il ne fallait pas exclure la dissolution pure et simple de ces entités sociales car, selon lui, elles ne servent pas grand-chose à l’ensemble des citoyens.

 « Ces coordinations régionales sont devenues un fonds de commerce pour beaucoup de gens. Elles sont devenues une marre où les vieux politiciens y pêchent leurs poisons. Ces entités sociales ne servent pas grand-chose à l’ensemble des citoyens. Aujourd’hui, au lieu d’être un facteur de stabilité, ces coordinations deviennent une source d’instabilité. Tel qu’on voit aujourd’hui, toutes ces coordinations sont devenues des opportunistes politiques. Ces   institutions communautaires commencent à rentrer dans des divisions et des antagonismes politiques, à fragiliser la cohésion sociale. Donc il faut s’affranchir. C’est pourquoi dans la résolution il est demandé au chef de l’Etat de s’affranchir de mêler ces coordinations dans les questions de l’Etat ».

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :