Réouverture exceptionnelle des mosquées : Des fidèles musulmans de Matam partagés entre joie et espoir

Les fidèles musulmans de Guinée ont fait les prières de l’Aïd El Kabîr ce vendredi 31 juillet 2020, dans les lieux de cultes. Ce, après plusieurs mois de fermeture à cause de la pandémie de covid-19. À Matam, l’affluence était au rendez-vous. Des fidèles ont exprimé leur joie avant d’espérer une réouverture définitive des mosquées. 9h du matin déjà, Lido Mosquée a fait son plein.

Quant au respect des mesures barrières,  certains l’observent à travers le port de masque et le lavage des mains, et d’autres non. La distanciation sociale avait eu du mal à s’appliquer.

 Vêtu en boubou blanc, Aboubacar Diallo s’en réjouit : « J’apprécie énormément la réouverture des mosquées. Elles permettent de tisser des bonnes relations. Si elles sont fermées, nous ne pourrons pas avoir les nouvelles des autres. Je rends grâce au Tout-Puissant Allah pour cette faveur […] Nous sommes derrière le gouvernement tout en espérant que la réouverture des mosquées sera définitive », a-t-il déclaré.

Même son de cloche chez cet autre fidèle. Du sourire aux lèvres, Elhadj Ibrahima Sory Souaré est content d’avoir effectué la prière dans la mosquée : « Aujourd’hui, je suis heureux à plus d’un titre par cette décision de rouvrir les lieux de cultes. Je demanderai au gouvernement de prendre une décision pour rouvrir définitivement les mosquées, qui nous permettront de combattre cette maladie par la grâce divine », a-t-il plaidé.

Abdoulaye Junior Camara, président des jeunes de la dite mosquée, salue la décision du chef de l’État guinéen : « Je remercie le président de la République qui nous a donné cette autorisation de rouvrir les mosquées, parce que tout le monde ne s’attendait pas à ça aujourd’hui, vraiment nous sommes fiers d’être musulmans et contents de se trouver », a-t-il dit.

Reste à savoir maintenant si le gouvernement va prendre une décision allant dans le sens de la réouverture des mosquées dans la capitale Conakry et ses périphéries, malgré l’existence de cette maladie en Guinée.

Mohamed Lamine Souaré

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :