Présidentielle : Le consortium WANEP Guinée s’engage pour l’atténuation d’éventuelles violences électorales

Pour apporter sa contribution à la tenue d’une  élection libre et apaisée, le Réseau Ouest Africain pour l’Edification de la Paix (WANEP), sous le financement de l’Union Européenne, a mis en place une approche de suivi et atténuation de la violence électorale. L’intervention du consortium vise à la prévention et à l’atténuation des potentiels risques de violences à travers un dispositif de cellule de veille électorale.

 François fadoua Tolno, coordinateur national du WANEP Guinée a, dans son intervention, expliqué le contexte tendu dans lequel se déroulerent les élections.

« Ce dimanche 18 octobre 2020, les Guinéens se rendront aux urnes pour l’élection présidentielle. Cette élection se déroule dans un contexte tendu marqué par la crise de confiance notoire entre les acteurs politiques et un déficit de dialogue.

En dépit des efforts de pacification et de médiation de plusieurs acteurs nationaux et internationaux pour des élections inclusives, transparentes et apaisées, la rupture entre les acteurs politiques est restée sans solution et la campagne a été émaillé de discours inappropriés, haineux et à relent communautaire de certains leaders politiques. Cette triste situation engendre des tensions et affecte sérieusement le tissu social avec pour conséquence la destruction des biens publics et privés ainsi que des pertes en vies humaines », a-t-il affirmé

Le coordinateur de WANEP Guinée a également fait plusieurs  recommandations à l’endroit de l’État, de la CENI et des différents partis politiques engagés dans le processus électoral :

« Wanep Guinée recommande au gouvernement de créer un climat favorable pour la bonne tenue des élections ; D’éviter toute interférence de nature à entacher la crédibilité du scrutin et des résultats qui en seront issus ; A la CENI de se doter d’un mécanisme rapide pour apporter des solutions aux cas de dysfonctionnement et irrégularités qui seront notés dès l’ouverture des bureaux de votes, d’agir avec impartialité et dans  strict respect des lois électorales ; Aux partis politiques de privilégier le dialogue et le recours aux voies légales pour le règlement des tout problèmes liés au déroulement du scrutin », a-t-il martelé

Cette cellule de veille lancée ce 17 octobre travaillera jusqu’au 19 octobre en étroite collaboration avec  310 observateurs déployés dans les 8 régions administratives pour continuer l’alerte afin d’atténuer d’éventuelles violences électorales.

Alhadji Minthé

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :