N’Zérékoré/ cherté du bois : Les consommateurs accusent les agents des eaux et forêts

Depuis plusieurs mois le bois est devenu de plus en plus Cher dans la ville de N’Zérékoré. Cette situation inquiète des consommateurs qui accusent les agents des eaux forêts d’être les commanditaires. C’est le cas de Kerfala Fadiga qui est le président du comité de surveillance filière bois dans la commune urbaine de N’Zérékoré.

« La cherté du bois dans la ville de N’Zérékoré est due à l’augmentation du taxe et la prolifération des barrages que mettent des agents des eaux et forêts. Si tu as cent planches à transporter pour la ville, il faut payer au maximum un million cinq cent mille francs guinéens et plus le transport des bois. Donc on n’a le droit d’augmenter quelque chose sur chaque planche pour gagner le revenu. C’est ça qui fait la cherté du bois à N’zerekore. On demande à l’Eta de diminuer les taxes et les barrages ça peut nous arranger tous », lance-t-il.

Cette cherté de bois risque de compliquer les activités des menuisiers comme le fait savoir : Faya Jacque Toumandouno « : Nous les menuisiers avons à se demander comment sera notre avenir dans l’affaire du bois. Chaque jour que Dieu fait le prix du bois augmente. Alors que nos clients sont habitués d’acheter les meubles à l’ancien prix. Quand tu dis à ton client qui achetait le lit à 800.000 GNF hier, qu’aujourd’hui à 2000.000 GNF, il dira c’est très cher », explique ce menuisier avant de poursuivre :

«  Nous sommes en forêt, eux ne connaissent pas les difficultés que nous rencontrons sur le terrain. Quand on parle aux vendeurs du bois, eux aussi nous disent que c’est l’État qui est à la base. Un agent des eaux et forêts voit un bois dans un camion, il va le poursuivre jusqu’à la destination même. Nous les menuisiers, ils nous poursuivent en pleine ville. Nous souffrons beaucoup face à cette situation car on n’a peu d’intérêt aujourd’hui dans notre travail. J’interpelle à l’État de penser à la population si non c’est vraiment grave>>. Interpelle ce maître menuisier.

Même son de cloche chez Facely Tounkara, maître menuisier. Pour lui, le bois est devenu un problème majeur chez eux les consommateurs. Avant ils achetaient une planche de bois rouge à 45.000 GNF. Aujourd’hui c’est à 85.000 GNF, dit-il.

 Il faut noter que le bois devient de plus en plus rare et cher dans la région forestière.

De N’zerekore Yoma Neyo Tinguiano Kalenews.org

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :