Loi pour réprimer les atteintes à l’intégrité des forces de l’ordre : « On risque de crisper les relations entre population forces de l’ordre »

Les parlementaires guinéens ont adopté ce 13 avril 2021, une loi portant répression des fraudes, actes attentatoires aux biens publics et à l’intégrité des agents des forces de l’ordre. Cette mal est accueillie par certains leaders politiques du pays dont de Bah Oury.

Pour le président de l’UDRG, cette décision des députés est irréfléchie et non appropriée. «Vous savez qu’il y a des personnes qui sont en détention aujourd’hui dans notre pays. Et donc en votant de manière très rapide des dispositions législatives qui pourraient être utilisées après contre ces personnes en détention. Cela veut dire qu’il y a quelque chose qui ne correspond pas à l’intérêt général. Mais la démarche correspond beaucoup plus à un intérêt particulier », déplore-t-il.

D’ailleurs l’opposant estime que le moment n’est pas opportun pour adopter une telle pendant que le pays a besoin de panser ses blessures. « Avec cette loi, on risque de crisper encore davantage les relations entre la population et les forces de l’ordre. Alors que nous devons travailler à ce qu’il y ait une véritable alliance entre forces de l’ordre et population civile. »     

Plus loin, Bah Oury accuse l’Etat guinéen de deux poids deux mesures dans le traitement des dossiers judiciaires.  « Il est tout à fait normal que la justice sanctionne toutes violences à l’égard des agents des forces de l’ordre. Mais aussi il est très opportun, urgent et essentiel que la justice sanctionne toute attitude répressive ou outrancière des forces de l’ordre contre les populations civiles ».

Au lieu d’aller dans le sens de la cohésion et d’apaisement, « le régime d’Alpha Condé est en train de renforcer les crispations dans le pays », confus l’opposant, avant de rassurer que, « l’opposition ferait en sorte qu’une politique beaucoup plus en phase avec les attentes du peuple de Guinée ».   

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :