Littérature : Quand deux pays voisins enregistrent les mêmes violences faites aux femmes

Publié en 2018, ‘’Une femme ambitieuse au Mali’’ est le roman de 174 pages écrit par Sadya Touré 22 ans, malienne, écrivaine bloggeuse et consultante en communication. A l’occasion des 27h du livre en République de Guinée, l’écrivaine a présenté son ouvrage au centre Culturel Franco-Guinéen CCFG.

Dans ce roman, la jeune écrivaine qui est à sa première expérience, narre l’histoire d’une jeune fille qui reçoit une éducation nuancée. Halimatou Touré l’héroïne du livre se retrouve avec une maman plus traditionnelle qui veut qu’elle se marie et qu’elle ait des enfants. De l’autre côté, son père qui veut une vie carriériste qu’elle puisse gérer les deux, et elle doit maintenir un équilibre «C’est de montrer qu’on peut allier les deux le foyer et le travail, comment jongler les deux éléments. C’est aussi un moyen de capitaliser les luttes que j’ai eu à faire en parlant d’expériences, des vécus » annonce-t-elle.

Tout au long de ce roman, Sadya Touré décrit et dénonce les violences dont sont victimes les femmes africaines notamment l’excision et la déscolarisation des jeunes filles « Halimatou va subir l’excision. Dans ce livre je parle de la déscolarisation on remarque sur cinquante filles qui étudient seulement la moitié qui arrive en terminal, et quand on cherche en profondeur soit ce sont les normes sociales qui ne veulent pas que la fille fasse des études sinon elle va dominer l’homme, soit c’est le mariage précoce ou forcé et être jeune épouse, certaines se trouvent à choisir. Je parle aussi de la violence conjugale» dénonce-t-elle.

L’autre point qu’elle a eu à souligner dans cet ouvrage, c’est la place qu’occupait la femme avant l’arrivée des colons et des différentesreligionsen Afrique « j’ai décrit comment la femme africaine a toujours été ambitieuse, mais l’arrivée des colons et des religions ont fait que le rôle de la femme a régressé. Avant l’arrivée des colons, les sociétés étaient matrilinéaires, le trône était cédé de mère en fille et les enfants portaient le nom de leur oncle maternel. Je parle de ces cultures glorieuses que nous avons eu dont on doit s’inspirer pour amener notre dynamique des droits de la femme » mentionne-t-elle.

Féministe et engagée, Sadya Touré prépare déjà sa prochaine œuvre littéraire pour l’émancipation de la femme africaine afin qu’elle s’autonomise et s’épanouisse.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More