Liberté de la presse/Labé : Quel est le regard de Kadiatou Teliwel de la radio Espace Fouta?

A l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse célébrée ce lundi 03 mai, Mme Diallo Kadiatou Teliwel comptable et journaliste à la radio Espace Foutah a touché quelques difficultés dont sont confrontés les journalistes. Selon dame Diallo, il faut un toilettage au sein de la corporation.

  « Dans notre pays on est parfois confronté à la rétention de l’information de part et d’autre, que ça soit des services étatiques mais aussi des services privés. Egalement sur les conditions de travail, si on regardait un peu la migration des journalistes des différents médias chaque fois il y a des journalistes qui quittent d’un média pour un autre et tout ça c’est à la recherche des bonnes conditions de vie, d’un cadre de vie idéal. Les gens sont payés par espèce, à peine certains arrivent à couvrir le SMIG les 440.000 GNF, le salaire minimum. Donc c’est compliqué », dénonce Mme Diallo Kadiatou Teliwel comptable et journaliste à la radio Espace Foutah.

A côté de cela, dame Diallo indique que la pandémie à COVID-19 a considérablement impacté le métier du journalisme : « C’est une maladie très contagieuse et donc les journalistes sont vraiment exposés. On sait que depuis le début de la maladie au niveau de la Guinée, il y a beaucoup de confrères qui ont été testés positifs et qui sont partis se soigner.  Je parle quand même de Hadafo Média parce qu’il y avait beaucoup de personnes là-bas qui ont fait un bon moment au CTPIE. Donc les journalistes sont très exposés, ils font face aux médecins, à tout le monde. On ne peut pas connaitre qui est porteur et qui ne l’est pas » a-t-elle signalé.

Selon Kadiatou Teliwel, il est important de filtrer la corporation pour connaitre qui fait quoi dans ce métier : « l’Etat a un rôle prépondérant à jouer à travers normalement la HAC, ils ont déjà commencé à faire le recensement. Je crois que c’est un premier pas. On doit assainir le secteur des médias et exiger des patrons des médias d’améliorer les conditions de vie des différents journalistes qui sont employés dans ces entreprises de médias. Je pense que ça va aller de l’avant pour que ces gens soient traités normalement dans la législation guinéenne », suggère-t-elle.

Par la même occasion, Kadiatou Teliwel Diallo invite les journalistes à continuer de redoubler d’efforts, de travailler par amour et passion.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :