Le groupement Sabougnouma Hadja Nantou, une vitrine d’autonomisation des femmes dans le Nabaya

Regroupant plus de 300 femmes âgées de 25 à 70 ans depuis environ 3 ans le groupement Sabougnouma Hadja Nantou Konaté qui évolue dans l’agro-alimentaire et la saponification est aujourd’hui un moyen d’automnisation des femmes de Kankan. Cette organisation est créée par Mme Camara née Kadiatou Konaté sur initiative présidentielle.

Pour Mme Camara née Kadiatou Konaté, c’est après avoir entendu le chef de l’État qu’elle a pensé à mettre en place le groupement : “Un jour j’ai entendu le chef de l’État Pr Alpha Condé dire qu’il va coûte que coûte aider les femmes et les jeunes de Guinée. Et pour cette autosuffisance féminine, j’ai d’abord demandé conseil à mon mari, ensuite à ma tante Hadja Nantou qui coup m’ont encouragé à créer le groupement qui porte le nom de ma tante (Hadja Nantou). Sur fonds propre j’ai fait appel aux femmes et jeunes filles afin de transformer d’une part les aliments de chez nous qui se perdent. Nous faisons des confitures, des poudres de manioc, de pain de singe, de sésame etc… et d’autre part plusieurs sortes de savons pour la lessive et les toilettes. Il y’a beaucoup de personnes qui m’ont encouragée dont entre autres le premier ministre, le ministre du commerce, le directeur de la caisse nationale de la sécurité sociale, le directeur de la pharmacie centrale de Guinée en me disant de ne pas baisser les bras car, tout début n’est pas facile.” dit-elle.

Afin de dôter les femmes d’une bonne formation, Mme Camara née Kadiatou Konaté a fait venir Bruno Sow (Togolais) pour leur apprendre la saponification. Une session qui a débuté sur la méthode Santé-Securité et le mélange de produits : “Après la phage recrutement, nous avons effectué les aspects Santé-Securité, Accidents de travail qui sont très importants. Puisque si un employé n’est pas bien protégé, cela peut provoquer les accidents qui entraîneront la rupture des travaux. Ce qui n’est pas bon pour les travailleurs et l’entreprise. Notre production va baisser et l’intéressé va tomber malade. Ce qui amènera une perte totale.” dit-il.

En outre des femmes et filles, il y’a également des jeunes garçons qui affirment tous être intéressés pour subvenir aux besoins de leurs familles :
Mariame Diallo jeune fille sans emploi : “Je suis venu chercher du travail dans ce groupement car, ma situation est très difficile. Mes parents n’ont pas de moyens et j’ai besoin d’argent afin de me prendre en charge. Ici je dois travailler dans la saponification vu ce qui nous a été proposé comme revenu.”

Fanta Kourouma veuve et mère de 7 enfants : “Je veux participer à la transformation du fonio pour prendre ma famille en charge. J’ai perdu mon mari et j’ai sept enfants qui ne travaillent pas donc, il me faut préparer leur avenir. Certains d’entre eux sont mariés et la vie est chère.

Le groupement Sabougnouma Hadja Nantou est sis au quartier Hèrèmakono. En plus de la formation et de la production, il donne l’opportunité à ses éléments à faire la commercialisation afin d’avoir d’énormes revenus.

Lamine Toutè Kaba
Correspondant kalenews dans la région
621 730 533

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :