Le Bureau de Consultation gratuite en faveurs des mineurs fait un rapport sur ses activités

Le Bureau de Consultation gratuite a tenu ce vendredi 30 juillet, une conférence de presse au siège du Barreau de Guinée. Objectif, présenter le rapport des activités réalisées depuis sa mise en place à ce jour et le nouveau programme.

Au cours de cette rencontre avec les journalistes, Me Koné Aimé Christophe Labilé, secrétaire général du BCG a tout d’abord rappelé la mission assignée au Bureau.

« La mission assignée au Bureau de consultation  est de coordonner un pool d’avocats qui assiste juridiquement et judiciairement les enfants vulnérables et leurs familles, particulièrement ceux qui veulent faire valoir leurs droits en justice, mais ne disposant pas les moyens financiers. L’assistance juridique dont il s’agit se fait en faveur de tous les mineurs en conflit avec la loi, soit en tant que qu’auteur, victime ou témoin d’une infraction », a-t-il évoqué.

Ce programme d’assistance des mineurs en difficultés avec la loi est financé par l’UNICEF. Il est trimestriel et  à sa deuxième phase. La première phase a eu lieu le mardi 17 novembre. Le secrétaire général du bureau de consultation revient sur les activités réalisées.

« La première phase de trois allant du mois de novembre à février 2021, il était prévu de prendre en charge 50 dossiers, mais par nécessité et la force des choses, notre bureau a pris en charge 84 dossiers, 60 ont connu une suite judiciaire, soit un dépassement  de 10 dossiers par rapport à l’objectif de départ », indique  Me Koné Aimé Christophe Labilé.

« La phase pilote aboutissant à une note de satisfaction, le partenariat a été reconduit pour trois encore avec pour objectif cette fois-ci de traiter 75 dossiers. A date, 74 dossiers ont déjà été reçus et attribués aux avocats pour leur suivi », rajoute-t-il.

A l’occasion de cette rencontre, le  bâtonnier Me Djibril Kouyaté a lancé un appel à l’Etat.

« Je réitère l’appel à l’Etat pour la mise en place d’une aide juridictionnelle. L’aide juridictionnelle permet aux avocats d’assister valablement des personnes majeures qui sont en difficultés avec la loi et qui n’ont pas les moyens de payer les honoraires aux avocats. L’aide juridictionnelle est prévue par nos textes et existe dans tous les pays ».

  Si à la phase pilote, tous les dossiers traités relevaient des juridictions de Conakry et particulièrement du tribunal pour Enfant, à cette seconde phase, il y a des dossiers qui sont pris en charge par le BCG, a fait savoir le secrétaire général du BCG.

Alhassane Camara 655 96 09 39

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :