L’artiste M’Boma dans le viseur des ONG pour la défense des droits de l’enfant et de la femme

Au cœur d’une polémique pour avoir fait une chanson jugée à faire l’apologie la pédophilie, l’artiste M’Boma Barry est désormais la cible d’une organisation de femmes. Dans une déclaration rendue publique, elle accuse l’artiste d’incitation à la dépravation des Mœurs et même au viol.

Tout est partie d’une chanson de l’artiste intitulée ‘’Touba ê Oundougal’’ qui signifie (Culotte et pilon). Selon certaines femmes et activistes, cette chanson de l’artiste fait l’apologie de la pédophilie et du viol sur mineur.

Interrogé sur leur démarche, Me Halimatou Camara avocat et activiste des droits de l’homme condamne les propos de l’artiste qu’elle qualifie de propos incitants à la dépravation des mœurs.

« Nous on s’attaque à une chanson, on ne s’attaque pas directement à la personne de l’artiste », précise-t-elle d’entrée.

Avant de poursuivre en ces termes : « Lui il reste un artiste qui a légalement le droit d’exercer jusqu’à preuve de contraire. Mais nous estimons que cette chanson de l’artiste dans laquelle il appelle et incite au viol des enfants. Nous pensons que sur ça, il n’y aucun débat possible. Sinon si nous étions dans un pays où la citoyenneté primait, on n’a même pas besoin de l’aval de certaines organisations pour que chacun se lève et disent non nous ne voulons pas que nos enfants écoutent ce genre de chanson. Nous ne voulons pas que des gens utilisent cette chanson comme modèle », déplore-t-elle.

Cette chanson intervient alors que le taux des cas de viol contre mineurs continue de s’affoler dans le pays. C’est pourquoi l’activiste interpelle les autorités à prendre ce combat à bras le corps.

« Nous compte saisir le tribunal pour enfant mais aussi le bureau guinéen des droits d’auteur. Nous avons continué avec d’autres actions car nous comptons également saisir le procureur général sur le fait que cette chanson doit être censurer ». 

Aux dernières nouvelles, l’artiste M’boma Barry parle d’ erreur pour sa chanson et demande pardon.   

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :