L’ARPT rassure les Guinéens « Il n y aura pas d’augmentation sur les tarifs de communication »

L’Autorité de régulation des Postes et Télécommunications (ARPT) a tenu ce jeudi 29 juillet, une conférence de presse à son siège. Il était question de donner des explications sur  l’arrêté relatif aux redevances d’interconnexion, afin   d’éclairer la lanterne des Guinéens.

D’entrée de jeu, Yacouba Cissé a rappelé les réformes engagées par la nouvelle direction de l’ARPT.

« Depuis notre arrivée au 3 juillet 2020  à l’ARPT, nous avons eu la chance de faire signer quelques décrets, arrêtés et décisions qui vont dans le sens du développement numérique dans notre pays. Notamment le décret du 25 mars 2021 relatif au partage d’infrastructure et d’interconnexion des réseaux ; le décret portant sur les transaction électroniques ; le décret portant sur les fréquences radioélectriques ; l’arrêté portant l’ouverture de l’accès des USSD en république de Guinée; l’arrêté conjoint portant tarification des frais, droits et redevances relatifs à la fourniture des produits et services de télécommunications et Postes ; décision portant sur l’identification des abonnés ; l’arrêté relatif à la redevance d’interconnexion  des opérateurs de télécommunication en république de Guinée », a fait savoir le Directeur général de l’ARPT.

Parlant du décret relatif au partage d’infrastructures et à l’interconnexion des réseaux, le DG de l’ARPT explique : « Ce décret obligerait ces multinationales à accepter les ‘’petits opérateurs’’ qui n’ont pas assez de moyens de faire la couverture nationale. Cela veut bien dire, obligation de partage d’infrastructure. Non seulement ça aide à équilibrer le marché, en plus, ça limiterait la pollution d’hygiène… », Indique-t-il avant de revenir sur les Transactions Électroniques :

« Il y a une loi qui a été votée par l’Assemblée nationale (Loi L035) depuis 2016, mais nous avions les difficultés pour mettre en application cette loi. Pour mettre en application la loi, le président de la République a bien voulu nous confier cette tâche en signant ce décret. Le décret sur les transactions économiques. Aujourd’hui, vous savez tous comme moi, Mobile money, est utiliser à près de 40% de la population, mais aujourd’hui l’Etat ne reçoit aucun franc sur cette activité. Et depuis 2016, les opérateurs ont commencé à faire cette activité financière. Puisqu’il n’y a pas eu de décret ni de loi pour réglementer cela, ils font dans notre pays, ce qu’ils veulent ».

Quant à la question des redevances d’interconnexion qui était le pont focal de cette conférence de presse,  Yacouba Cissé a précisé ceci :

« Le trafic est de deux catégories. Il est international quand on sort de la Guinée ou quand ça rentre en Guinée. E le trafic est national quand il est passé sur le sol de Guinée. Le trafic national est de deux catégories. Quand un opérateur A appelle un opérateur B, ceci est appelé trafic inter-réseaux. Quand un opérateur A appelle un abonné de l’opérateur A, il est appelé trafic intra-réseaux. C’est ce trafic national que nous avons étalé à 20 francs et demandé aux opérateurs qui ont tant bénéficié de la non tarification de cette redevance de reverser un tout petit peu à l’Etat », précise-t-il.

Sur la même lancée, le directeur général de l’ARPT a rassuré les guinéens : « On a pas dit les 20 francs de l’arrêté n’est pas une taxe, c’est une redevance. On dit quand vous gagnez 540 francs, donnez-nous 20 francs c’est le sens. Vous gagnez par minute sur le dos de notre population 540 francs par minute. On dit la population ne doit plus subir d’augmentation, vous prenez dans vos intérêts 20 francs, vous nous donnez. Après c’est pour dire on arrête les bonus. Non ça n’a rien à avoir, il n’y aura aucune augmentation sur les tarifs d’appels. Si on ne diminue pas, on n’augmentera pas ».

L’ARPT envisage également d’autres réformes pour la régulation du secteur de télécommunications en République de Guinée. Elle compte  mettre en place des équipements techniques, des plateformes fédérées, numériques pour changer, dit le directeur, la façon de faire. « Je déclare que nous sommes beaucoup en retard par rapport aux pays voisins », a-t-il en fin déclaré.

Mansaré Naby Moussa 628-030-370

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :