Labé/Violences : un journaliste blessé sur la tête par du gaz lacrymogène

Saïfoulaye Diallo est le correspondant régional de l’Agence Guinéenne de la presse de Labé. Selon lui, c’est au moment où il faisait le tour du centre ville pour constater les violences en cours et sans son gilet de presse qu’il a été intercepté par des agents de maintien d’ordre.

Notre confrère narre sa mésaventure « j’ai quitté le gouvernorat pour aller prendre mon déjeuner. Je me suis dit comme la situation est tendue de faire un tour à Sassè pour constater l’état des lieux avant d’aller à la maison. Donc j’ai contourné vers Bhoundou Gandal pour la ruelle qui mène à l’hôpital régional. A environ 15 mètres des agents de sécurité, ils ont crié forts en me demandant de rebrousser chemin. Je me suis arrêté. Comme je n’avais pas mon gilet, j’ai voulu les expliquer que je travaille au gouvernorat et que je suis journaliste. Dès que j’ai dis que je suis journaliste, ils ont dit c’est toi même. Retourne si non on te descend. Je me suis arrêté quelques secondes. Après ils ont pris des grosses pierres et m’ont jeté la première. J’ai vu que c’est sérieux et j’ai tourné la moto pour rentrer. Je roulais doucement parce que j’avais la cinquième vitesse et il fallait ramener les vitesses au niveau 1 pour aller plus vite. C’est en ce moment que l’autre a dit il faut tirer et tu tire sur la tête. Donc dés que j’ai entendu sur la tête je me suis retourné pour voir s’ils sont prêts à tirer afin d’abandonner la moto. Comme je faisais dos, je me suis retourné et du coup, il a tiré et le gaz est tombé sur ma tête. L’autre a dit de tirer un second coup. Comme j’avais pas perdu conscience je me suis sauvé », explique l’AGP régional, avant d’ajouter « C’est quand le sang a commencé à couler et que je suis tombé, qu’ils m’ont pris pour m’amener à la clinique Sept et puis à l’hôpital régional ici ».

Saïfoulaye Diallo a été admis sur le coup au service des urgences de l’hôpital régional de Labé pour des soins médicaux intenses. L’homme est gravement blessé au niveau de la tête et du nez. Pour l’heure sa vie n’est pas en danger. Au moment où on quittait l’hôpital régional de Labé, notre confrère était en observation au service des urgences dudit centre hospitalier.

Depuis plusieurs jours des violences sont enregistrées dans la cité sainte de karamoko Alpha de Labé.

Labé, Boubacar Timbo Diallo, correspondant régional

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :