Kindia: Que faut-il sauver les champs de maïs contre les chenilles ?

Plusieurs champs de culture sont aujourd’hui dévastés par des insectes nuisibles. Les acteurs du monde agricole de Kindia notamment dans le secteur de la culture du maïs ne savent plus à quel saint se vouer. Les chenilles ravagent des hectares de champs de maïs et causent des pertes énormes.

Rencontrée dans son champ, Yarie  Camara  a perdu la moitié de sa récolte «quand on a semé le maïs à un moment donné nous avons constaté qu’il y a des rongeurs qui ont attaqué le maïs et a affaibli la croissance des pieds. On se demandait souvent quel était la cause. Certains disent que cela est causé par des papillons qui viennent pondre au niveau de la jeune tige pour avoir des chenilles. Par contre d’autres accusent les graines, pour eux les semences sont infectées.  Pour vérifier, j’ai pris une poignée du maïs on a semé après on a complètement couvert et ils ont poussé comme il faut. On a compris que le problème ce ne sont pas les graines mais plutôt des insectes » déclare-t-elle.

De son côté, Mariam Soriba  Bangoura une autre dame qui a un champ de maïs avait prévu un plan pour sauvegarder sa semence « en semant le maïs je n’avais pas mis l’engrais mais j’ai mis l’herbicide et quand je finis le binage, je vais mettre l’insecticide. C’est ce qui a fait que tout le champs n’a pas été dévasté par les insectes » précise-t-elle.

Interrogés sur cette problématique, des spécialistes de la culture à Kindia accusent les citoyens de ne pas se référer au centre spécialisé. C’est le cas d’Oumar Sylla Bah ingénieur agronome au laboratoire national de protection des végétaux « le maïs comme les autres cultures subissent souvent des attaques. Mais il va de soi que si les conditions sont défavorables à tel ou tel fléau, on constate une diminution des attaques. Mais lorsque les conditions sont favorables cela profite à l’explosion de la maladie ou de la population d’insectes. La venue des principes actifs a permis de réduire les populations des anciens ravageurs. Ces ravageurs sont  au nombre de 2, tous sont des papillons appelés noctuidés, leurs activités se font la nuit. Parmi ces espèces anciennes nous avons: sésamia calamistes, Busela fusca eldana saccarina. Il existe aussi de nouvelles espèces causant de sérieux dégâts au maïs le Spodoptera exemtata » édifie-t-il.

Pour protéger les champs, le spécialiste recommande aux agriculteurs de Kindia d’utiliser le produit Emacot ou de partir au centre agronomique de Foulaya pour demander des conseils.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :