Kindia : Les commerçantes accueillent avec joie la réouverture des frontières terrestres

Rassemblement et le Développement a annoncé la réouverture graduelle des frontières. Cette annonce suscite beaucoup de joie dans la cité des agrumes.

Au marché Gnenguema, la joie se lit sur le visage des vendeuses après cette annonce du CNRD. C’est le cas d’Aïcha  Dabo commerçante entre Kindia Sierra-Leone qui n’a pas caché ses sentiments « la réouverture des frontières me réjouit à plus d’un titre car nous avons beaucoup souffert. C’est si la frontière est ouverte que nous pouvons travailler. Le jour qu’ils ont annoncé la fermeture des frontières, j’étais très choquée parce que nous avons des enfants à nourrir, nos marchandises sont en train de pourrir suite à la fermeture des frontières. J’ai des sacs d’arachides qui sont en train de pourrir c’est pour cela j’ai fait sortir une quantité pour exposer au soleil. Mais une grande partie est déjà pourrie. Donc entendre la réouverture des frontières, c’est un ouf de soulagement pour nous » dit-elle.

C’est également le cas de Yarie Sylla, une autre commerçante au marché Gnenguema de Kindia, qui explique la fermeture des frontières est l’une des causes de l’augmentation du prix des produits sur le marché« si aujourd’hui le prix de tous les articles ont augmenté dans les marchés, d’une part c’est parce que les frontières sont fermées. Les produits qui entrent dans le pays sont nettement faibles par rapport à la demande. Regardez tous les bidons que nous avons ici sont vides, notre huile quitte la Sierra-Leone mais avec la fermeture des frontières on ne pouvait rien faire. Avec cette réouverture certains prix vont revenir à la normale » précise-t-elle.

Les commerçantes et autres citoyens de Kindia ne sont pas les seuls à être contents de cette nouvelle. C’est la même joie chez les chauffeurs de taxi  qui ne cachent pas leur satisfaction. Pour maître Boubacar Bah chauffeur sur la nationale Kindia Sierra-Leone « nous sommes très heureux d’entendre cette nouvelle. Depuis la fermeture des frontières on ne travaille pas. Donc si la frontière est fermée on ne peut rien faire. Mais si le CNRD décide d’ouvrir les frontières c’est très bon pour tous les Guinéens surtout pour nous les chauffeurs. Si ton engin qui te permet d’avoir de revenu, la dépense de la famille ne travaille pas comment allons-nous faire ? » S’interroge-t-il.

Pour rappel, c’est à la suite du putsch militaire conduit le dimanche 5 septembre par le comité National de Rassemblement pour le développement que le président dudit comité colonel Mamady Doumbouya a décidé de fermer les frontières terrestres et aériennes. Mais bien avant, d’autres frontières terrestres étaient fermées par l’acte de l’ancien président Alpha Condé.

Hassatou Lamarana Bah

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!
In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :