Kankan: les femmes de Sabadou Baranama ont du mal à être totalement autonomes

Sabadou Baranama est une sous-préfecture située à 75 kilomètres du centre-ville de Kankan. L’activité principale des femmes de cette localité est l’agriculture et la fabrication des tissus traditionnels. Mais de nos jours, nombreuses sont ces femmes qui sont confrontées à d’énormes difficultés dues au manque d’équipement et de fonds.

L’agriculture est la première activité économique de la population de Baranama, surtout pratiquée par la quasi-totalité des femmes de la dite communauté. Mais la réalité sur le terrain est inquiétante pour ces femmes qui souhaitent avoir leur indépendance financière « On discerne d’énormes difficultés, surtout le manque de matériels qui peuvent nous faciliter la tâche à bien mener nos activités champêtres parce que l’agriculture est notre première activité. En ce qui concerne la confection des tissus, chaque fois on fabrique mais les clients ne viennent pas pour acheter, c’est une autre difficulté qui nous préoccupe beaucoup » explique Fatoumata Coulibaly résidente à Baranama.

Outre l’agriculture et la confection des tissus, ces braves femmes de Baranama transforment les sachets d’eau en des chaussures et autres objets utiles pour satisfaire la population. Pour bien mener leurs activités génératrices de revenu, les femmes de Baranama ont besoin d’un appui de la part de l’Etat et des personnes de bonne volonté, indique Fatoumata Coulibaly « Nous demandons à l’Etat et à ses partenaires de nous venir en aide. Chaque fois nous produisons des biens de consommation et des matériels, mais on ne bénéficie pas les retombées, et j’en appel au gouvernement de nous aider à obtenir des matériels qui pourront faciliter nos activités agricoles et la production des biens matériels sans quoi nous souffrons énormément» lance-t-elle.

Elles sont nombreuses ces femmes qui vivent en milieu rural, et qui se décarcassent pour être autonomes. Cependant le manque de soutien joue considérablement dans l’atteinte de leurs objectifs.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :