Kankan: la chasse aux journalistes n’a plus de frein

C’est une routine pour Cosmos.

Après la grande édition d’information, un autre coup d’intimidation s’est abattu sur la radio Horizon fm. En cette époque de crise post-électorale, l’arrestation et les poursuites judiciaires visant les journalistes, se multiplient. Mais, cet acharnement serait une manipulation orchestrée par la bannière politique qui détient le contrôle de l’exécutif depuis le 21 décembre 2010 afin de faire taire les voix contraires. Après l’avènement du régime d’Alpha Condé qui succéda les 2 ans de transition militaire, des voix et opinions sont étouffées, parfois séquestrées par des poursuites rancunières. Cette période d’instabilité marque aussi la disparition de plusieurs journalistes à travers le pays. Accusés de diffamation et autres atteintes illégales forgées pour légitimer le ravage des hommes de presse, jouant leur rôle de contre-pouvoir, plusieurs patrons de médias privés auraient été ordonnés de supprimer certaines programmations, dont plusieurs chroniques politiques. Pourtant les journalistes des médias publics et les chantres incrédibles n’ont jamais été inquiétés d’un centimètre près, au contraire.

Avec amertume que nous avons apprise dans la nuit d’hier aux environs de 22h00 de ce mardi 27 octobre 2015, la violence visant le journaliste Adama Diané, animateur à la radio Horizon fm 103.4 mhz de Kankan. Il fut la cible prioritaire de cette attaque perpétrée par cinq hommes cagoulés, tous munis d’armes blanches. Des sources locales nous révèlent que le journaliste s’en est sorti sain et sauf, mais que la voiture dans laquelle il se trouvait, serait gravement endommagée par les coups de bâtons et de jets de pierre. D’autres sources issues au sein de la radio Horizon affirment que c’est le groupe « Comos » qui serait l’auteur de cette attaque

 Horizon fm est la deuxième radio privée de la ville après Milo fm. Deux ans après son insertion au rang des journalistes dudit médias, Adama Diané eut la responsabilité de plusieurs émissions dont : Horizon sport, la vie en société, La-une, qui récemment a été suspendue depuis le 6 octobre 2015 par le chef de programmes et rédacteur en chef, M. Lamine Dabo. Ce dernier révèle la raison de la suspension de l’émission LA-UNE. Ce fut une pression venue de l’autorité préfectorale.

Pour le moment, nul ne sait vers où le journaliste de 21 ans reste silencieux car son numéro est injoignable et personne n’a d’idée où il se trouverait. Ce qui inquiète ses collègues, sa famille en particulier. D’aucuns pensent qu’il serait retenu par les auteurs du coup. Quant à sa femme Aïcha Diané se dit anxieuse, car depuis des semaines son époux ne recevait que d’appels inconnus où on l’insultait et même menaçait de mort.

Le syndicat des journalistes joint par téléphone, se dit prêt à défendre corps et âme, les journalistes qui jouissent de leur droit d’informer la population sans parti pris. Il promet aussi de faire valoir la loi organique (L002) votée et adoptée par l’assemblée nationale afin de protéger les journalistes contre les délits de presse. Bien que son application reste incongrue mais elle est l’option la plus efficace qui doit être la préoccupation de tous ceux pour garantir la liberté d’expression en Guinée.

Kalenews

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :