Journée mondiale du livre : Les avis de certains écrivains guinéens sur le mérite du livre au sein du public guinéen

La Guinée à l’instar des autres pays du monde a célébré ce vendredi 23 avril la journée mondiale du livre. Une occasion pour les amoureux du livre de se retrouver autour d’une même table pour parler du devenir du livre au sein de la société. À cette occasion, notre rédaction a rencontré quelques écrivains qui se sont prononcés du mérite du livre au sein du public guinéen.

Pour Halimatou Baldé écrivaine : « C’est une journée tellement cruciale dans le cadre de l’éducation. Mais j’ai l’impression que cette journée n’occupe pas une place de mérite ou une place importante au niveau du public guinéen. Parce que cette journée je ne dirais pas quelle passe inaperçue, parce que l’harmatan organise avec d’autres maisons d’éditions les 72 heures du livre, mais en observant l’environnement dans lequel nous sommes, à savoir le local qui abrite les 72 heures du livre (…), voir le nombre de personnes qui est là, on verra que cette journée n’occupe pas une place importante au sein du public guinéen. Et c’est ce qui est à déplorer parce que le livre pour moi est un support indispensable pour la formation », a déploré cette écrivaine avant de suggérer ceci:

« Pour que le livre puisse avoir sa place de mérite, il y’a un certain nombre de mesures à prendre. Notamment il faut qu’il y ait des mesures concrètes de promotion du livre et pour promouvoir le livre, il faut que l’État nous aide à avoir une imprimerie en Guinée. Avoir une imprimerie en Guinée, facilitera la production de nos ouvrages », lance-t-elle.

Dans le même sens, Hassatou Lamarana Bah écrivaine, invite la jeunesse à se lancer dans l’écriture pour donner du goût au livre au sein du public guinéen : «  il y’a cette frange de jeune fille et garçon qui se lance dans l’écriture et dans la lecture, mais nous constatons ce pendant que, il n’y a pas assez de jeune qui se donne à fond dans l’écriture et dans la lecture. Donc il faudrait vraiment qu’on change la donne, il faudrait vraiment que les jeunes se lancent dans l’écriture, surtout les femmes pour donner du goût au livre au sein du public guinéen », a-t-elle rajouté.

Pour sa part, le président de l’association des écrivains de Guinée n’a pas manqué à féliciter les écrivains guinéens pour leur dynamisme : « ils sont formidables, on a un livre à la découverte des auteurs guinéens écrit par un de nous, dans ce livre il y’a 228 auteurs de toute génération qui sont identifiés, qui sont recensés, et ces 228 ont produit plus de 500 livres. Quand on pense aux conditions difficiles dans lesquelles nous évoluons et voir le bilan qu’on fait c’est extraordinaire. Les écrivains guinéens sont à encourager, à féliciter », estime Facely Mara.

La journée mondiale du livre et du droit d’auteur est un événement annuel célébré le 23 avril pour promouvoir la lecture, la publication et les droits d’auteur.

Mansaré Naby Moussa 628-030-370

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :