Hausse du prix du carburant: Des femmes de la capitale réagissent à une « promesse non tenue » du gouvernement

Le gouvernement guinéen notamment le ministère des hydrocarbures avait promis de diminuer le prix du carburant à la pompe, à la fin du mois de février 2019. Toutefois, nous sommes le 26 février et aucune communication n’a eu lieu par rapport à cette promesse du ministère concerné. Réagissant à notre micro, des femmes de la capitale estiment que c’est un non-événement du fait qu’il y’ a eu assez de promesses et aucune réalisation. 

Sow Mariam résidante à Bambeto dans la commune de Ratoma : On sait qu’en Guinée quand le prix du carburant augmente, il n’y a pas de rabais, donc on est habitué. Sinon le ministre avait dit qu’il y’avait un rabais du prix à l’international et qu’on allait diminuer le prix du carburant au mois de février, mais nous remarquons qu’il n’y a pas un changement. La réduction des 500 GNF n’est profitable qu’aux conducteurs de véhicule pas pour le bas peuple.

Sylla Fatoumata vendeuse au marché de Cosa dans la commune de Ratoma : C’est vraiment déplorable qu’on ne respecte pas les promesses dans ce pays. Nous les vendeuses souffrons énormément, il y’a rareté de la clientèle, à cause de la flambée des prix sur le marché, pourtant ce n’est pas nous aussi. J’invite le ministre à respecter son engagement vis-à-vis de la population.

Bah Oumar comptable dans une société de la place : Je demanderai à l’Etat de se pencher vers la situation actuelle des femmes, c’est nous qui sortons le matin pour ne rentrer que le soir pour avoir le quotidien et nous rencontrons assez de problèmes avec les chauffeurs de taxi. J’inviterais le gouvernement à diminuer le prix du carburant à la pompe.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :