Guinée/Tribune : De la parole à la corruption religieuse (Sow Mamadou bhoye)

La parole est le noyau de notre religion. Par l’écriture, Dieu avait ordonné à la plume d’écrire tout ce qui existe et qui existera jusqu’au jour de la résurrection. Du fait qu’Allah est omniscient, Il connait tout ce qui existe, tout ce qui existera et tout ce qui n’a pas existé ; S’il existait comment allait-il être.

Par Sa parole, Il communiqua avec Adam, Il créa tout ce qui existe, entre autres, Jésus-Christ qui est l’œuvre de Sa majestueuse parole. Les livres ont été révélés par Sa parole, Il parla à Moïse (le prophète Moussa) et Il établit la vérité suprême par sa parole. Aucune créature céleste ou terrestre n’échappe à Sa loi faite de vérité absolue. Cette parole-là, est la force de l’existence. Elle est l’énergie de l’univers. Elle est le socle d’émergence de toute perfection étendue.

Le Coran qui contient cette parole divine a été descendu dans un milieu arabe, une communauté très éloquente qui a des valeurs humaines pertinentes. Ce Coran-là n’est pas l’apanage des Arabes comme on le fait croire. Il est universel, d’enjeux et de vocation. Mais pour montrer au monde la véracité de ce coran, Dieu l’a envoyé à un peuple totalement Bédouin qui était à l’abri de tout développement scientifique et de modernité civique.

Ce peuple arabe en question ne connaissait que la guerre, les petits commerces vers la Syrie et le Yémen ainsi que la confection extraordinaire de la poésie. Seule l’industrie de la poésie était leur domaine de prédilection. Ils organisaient des concours poétiques afin d’afficher la meilleure poésie à la Kaaba qui jouait à la fois le rôle du musée arabe et aussi de lieu saint mais d’usage animiste. Avant la révélation du Coran, les Arabes avaient déjà travaillé sur leur langue jusqu’à la perfection. Ils n’attendaient aucune augmentation de plus. D’ailleurs, ils se prenaient pour les maitres d’éloquence de l’humanité.

C’est donc à un moment où, même les enfants arabes faisaient de la poésie riche que le Coran est arrivé. La force du Coran réside dans sa syntaxe, sa grammaire, ses histoires, son âme, sa véracité, son caractère scientifique, sa puissance verbale sur le cœur, sa gestion de conflit religieux et de société ainsi que son éthique.

Ce coran qui a pu transformer des Bédouins en de vrais croyants, de vrais soldats, de véritables chefs et émissaires, a lancé aux Arabes un défi qui consiste à reproduire un seul verset du Coran.

Après moult essais, ils n’ont pas pu. Alors, ils ont préféré lui faire la guerre par l’épée que de déconstruire sa composition logique par leur éloquence poétique très reconnue à l’époque.

Par ailleurs, la première des choses que les Mecquois ont constatées chez le prophète et ses compagnons est l’harmonie entre le dire et le faire, qui est aussi répétée plus de cinquante fois dans le Coran. C’est ici d’ailleurs l’importance de la révélation, car la jonction entre le dire et le faire, est la charge positive qui guide les humains vers leurs intérêts mondains et ceux de l’au-delà déjà recommandés par Allah à travers des passages du Coran.

Aussi, Allah a rendu l’humain supérieur à tous les êtres vivants en lui accordant la parole, d’où lui provient d’ailleurs la raison. Il a tracé toute sa vie : de sa naissance à sa mort et Il a rendu le respect de la parole essentiel et obligatoire. La parole étant source d’énergie, de vie et de toutes les actions humaines on peut même considérer la pensée, fondement de toute parole, comme une parole non verbale.
Elle est si importante que le non-respect de la parole donnée peut engendrer un désordre dans l’ordre naturel de nos faits et gestes. Car elle existe dans tout ce que nous faisons, elle est la logique. Elle est partout avec nous. Elle est la balance et le poids de mesure des valeurs et de l’éthique.
Par ce fait, même le sourd muet compte tenu de sa raison mentale parle. Il a la force de la parole induite en lui. Ce qui n’a pas la parole en soi, n’aura forcément pas la raison pour comprendre le bien et le mal. Donc, si on est censé adorer Allah, c’est parce qu’on a avant tout, la force de la parole qui ne doit en aucun cas être trahie, dénaturée ou falsifiée.

Cette formule, s’applique dans toute chose : les actes cultuels, culturels, dans les arts, les techniques, les aveux, les jugements, les relations entre nous et nous-mêmes par la raison, entre nous et Dieu par l’adoration, entre nous les êtres humains par les transactions et les sentiments, entre nous et la nature par l’harmonie et la fusion existentielle. C’est pourquoi, dire la vérité est considéré comme la meilleure lutte (jihad) en l‘islam.

En outre, je nomme la trahison de la parole établie par Allah et son messager : la corruption religieuse. Car, si ceux qui sont censés rappeler à l’ordre, dire la vérité quoi qu’il advienne, dénoncer le mal quelle que soit sa provenance refusent de le faire, ils deviennent automatiquement des corrupteurs qui osent défier Dieu pour des intérêts égoïstes ou à cause de la peur du châtiment mondain.

La corruption religieuse c’est le fait d’oublier Dieu dans ses actions, de le faire sortir de sa conscience. C’est aussi de ne voir devant soi que l’intérêt matériel qui se profile à l’horizon ou de s’agripper à ce bas monde par tous les moyens. C’est ce que j’appelle tout justement « la corruption religieuse. »

Lorsque les imams deviennent des pyromanes, les politiciens s’égarent de leurs objectifs au sommet de l’Etat, les économistes n’économisent que pour eux-mêmes, les parents se déchargent de l’éducation des enfants et de leurs responsabilités conjugales, les enseignants ne partent à l’école que pour attendre la fin du mois, les transactions se font sous une base mafieuse, c’est qu’on s’enlise dans une large corruption religieuse car on sera alors, totalement à l’antipode de la parole initialement donnée. C’est pour cela qu’il faut savoir que quand on donne sa parole, on ne la donne pas à un individu ou un groupe d’individus seul. Mais, on la donne sciemment ou inconsciemment à Dieu d’abord avant même qu’on se la fixe comme principe.

Pourquoi corruption religieuse ?

C’est parce qu’à l’égard du droit, quand tu n’es pas visiblement inculpé ou tenu au flagrant délit tu ne seras pas puni. Par contre, dans la religion, tu es parfaitement observé, car Allah est omniscient. Donc, savoir cela et faire tout à fait le contraire est perçu comme une grande corruption.
Ainsi, dire la vérité, respecter la valeur de la parole donnée, établir la conformité entre la parole et l’action, suivre les directives de la parole révélée en toutes circonstances, est la véritable justesse avec laquelle on pourra changer mobile et immobile.

La parole guérit et elle soigne. Elle est une source de vie et a une résonance attractive. Elle mérite d’être respectée car elle est la science, la base de toutes nos relations. Elle est la loi, la foi et le Roi à la fois. Elle mérite donc d’être honorée et appliquée scrupuleusement.

Sow Mamadou bhoye

Avis Facebook pour l’UE! Vous devez vous connecter pour afficher et publier des commentaires FB!
In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :