Guinée/Santé : Voici les réformes engagées à l’hôpital régional de Kankan

Prenant part au Forum National sur la Gouvernance samedi dernier, le directeur général de l’hôpital régional de Kankan a annoncé que des reformes sont engagées pour les citoyens de cette localité, notamment les femmes. Contrairement à plusieurs hôpitaux de la place, Dr Fodé Keïta précise que la structure sanitaire est à l’écoute notamment des usagers. C’est pourquoi, des numéros de téléphones sont mis à la disposition des citoyens de Kankan

«Nous prêtons une oreille attentive aux suggestions et recommandations, ce qui fait qu’il y’a des numéros de téléphones qui sont mis à la disposition des usagers pour parler de leur constat. Nous avons un comité qui joue le rôle d’interface entre la population et la structure hospitalière à n’importe quel moment » annonce-t-il.

En outre, l’hôpital régional de Kankan en partenariat avec une ONG française déploie une équipe dans toutes les préfectures et sous-préfectures pour chercher des femmes en difficulté d’accouchement « Il suffit que le chef du centre de santé de cette localité appelle notre ambulancier ou une autorité de l’hôpital pour que l’ambulance se mette en route pour aller chercher la femme » rajoute-t-il.

Par rapport aux décès maternels dans le pays aux années antérieures, il y’avait 900 décès maternels pour 100 mille naissances vivantes, mais ce ratio est descendu jusqu’à 554 décès maternels précise Dr Keïta. Toutefois, Kankan est au-dessus de cette moyenne nationale à cause de l’étendue du territoire, pour pallier à ce problème, le patron de l’hôpital régional de Kankan notifie que des mesures sont prises « L’échographie dans notre hôpital est 50 mille GNF, mais notre région a le ratio le plus fort de mortalité maternelle, on s’est dit nous hospitalier, qu’est-ce qu’on doit faire pour permettre aux femmes de venir à l’hôpital, afin qu’on connaisse l’âge de la grossesse et la position de l’enfant. Cet examen se fait chaque samedi pour toutes les femmes qui le désirent et il est gratuit » indique-t-il.

Si dans certains hôpitaux, des médecins se livrent en cachette à des pratiques d’excision, tel n’est pas le cas à l’hôpital régional de Kankan, rassure Dr Keïta. Il précise qu’il est suffisamment alerté et que les médecins ne le font pas dans la structure hospitalière.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More