Guinée/Répartition des démembrements de la CENI : Vers le trouble au sein de l’opposition

La répartition de la représentativité au sein des démembrements de la CENI pourrait déstabiliser l’opposition guinéenne. D’autres partis de l’opposition se sentent exclus du processus électoral. C’est le cas du BL qui estime que  la CENI repose sur représentativité et non sur la proportionnalité.

« Sinon je commencerai par dire que si ça reposait sur la proportionnalité,  étant donné que le RPG a la majorité actuellement et a le président devrait avoir plus de commissaires que l’opposition à la CENI. Mais ce n’est pas la proportionnalité qui est le principe fondateur de la CENI. C’est une  question de représentativité pour que les compétiteurs  puissent être au tour de la table pour veiller à ce que le processus électoral se déroule correctement », a contesté Faya Milimono, 

Le leader du BL à fait comprendre ceci : « Le BL  ne peut pas exiger le même nombre de représentants que L’UFDG, L’UFR, mais après ces deux partis nous sommes en droit de réclamer un nombre de représentants qui soit en accord avec notre poids. C’est ce qui ne s’est jamais passé. Ce qui a fait que le BL n’a jamais été représenté. Même au moment où cette loi discriminatoire n’existait pas , on a toujours eu tendance de mettre à côté le BL. Cette fois, nous allons déposer nos listes et nous allons voir si, en tant que parti politique, nous avons droit d’avoir des démembrements ou pas ».

Pour Faya Milimono, l’unité  au sein de l’opposition ne peut pas se construire uniquement quand il s’agit d’aller mener le combat dans la rue, prendre des gaz lacrymogène. Il faut, ajoute-t-il, qu’il ait un esprit de partage pour l’unité puisse se solidifier au sein de l’opposition guinéenne. 

Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :