Guinée/réouverture des établissements scolaires : des candidates aux examens nationaux s’expriment

Dans une adresse à la nation, le Président de la République Pr Alpha Condé a annoncé la réouverture des établissements scolaires pour seulement ceux qui doivent faire les examens nationaux mais aussi pour les étudiants dans les universités. Face à cette annonce, des candidates aux différents examens nationaux de cette année ont exprimé leur opinion.

Le lundi 29 juin 2020, les candidats des différents examens nationaux rallieront le chemin de l’école afin de poursuivre les cours et se préparer pour les épreuves. Cette annonce du chef de l’Etat a fait réagir certains élèves de la capitale guinéenne. Mariama Bangoura élève de la terminale dans la commune de Ratoma a remercié le premier magistrat du pays avant de lancer un message à tous les acteurs concernés « vraiment nous attendions cela depuis fort longtemps, c’est un sentiment de joie, nous avons beaucoup duré à la maison et les cours à distance ne sont pas propices vu que nous n’avons pas tout le temps le courant pour regarder. Il faudrait que les chefs d’établissements s’activent d’ici la date pour désinfecter nos salles de classe, tout en distribuant des thermos flash cela serait un grand pas pour éradiquer la maladie de COVID-19. Concernant la distanciation je dirai que ça serait un peu difficile sachant qu’on n’a pas assez de professeurs, et il y a assez d’élèves. Toutefois j’invite mes amis à respecter les gestes barrières, se laver les mains à chaque sortie ou rentrée en classe » lance-t-elle.

Satisfaite de cette annonce, Hassanatou Barry également élève de la terminale énonce le taux élevé du transport « je suis contente de cette annonce seulement le transport est élevé. Avant la COVID-19 l’aller et le retour c’était à 20.000 GNF et maintenant c’est à 40.000 GNF et mes parents biologiques vivent au village. Il est très difficile de leur demander de l’argent. J’invite le gouvernement à revoir le coût du transport et surtout je demande à tous de respecter les gestes barrières » indique-t-elle.

Contrairement aux précédentes, Diallo Habibatou élève de la 10ème année aurait voulu que la reprise se fasse après la COVID-19 « j’aurai aimé que le gouvernement attende à la fin de COVID-19 pour annoncer l’ouverture des classes. Les mesures sanitaires édictées ne vont pas permettre aux élèves d’éviter la contamination étant donné que le transport est énormément cher et nous à Ratoma il n’y a que trois bus qui circulent. J’invite le gouvernement à distribuer des thermos flash et satisfaire les enseignants que ça soit public ou privé » signale-t-elle.

Au-delà de la reprise des cours pour ceux qui font les examens nationaux et les universitaires, les lieux de culte seront ouverts le 22 juin pour les préfectures qui n’ont pas été touchées par la COVID-19.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :