Guinée/Projet de changement de la constitution : Mahamadou Issoufou du Niger flingue Alpha Condé et galvanise le FNDC

0
23216

Elu ce samedi par ses pairs pour présider, pour un an, aux destinées de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, le Président nigérien, dans son discours, a rappelé que des élections législatives et présidentielles seront organisées dans la région-ouest africaine en 2019 et 2020 et que la CEDEAO doit veiller à ce qu’elles soient crédibles, transparentes et qu’elles ne donnent lieu à aucune contestation.

Interrogé sur cette invite du nouveau président de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO qui intervient à un moment où Alpha Condé a pris acte jeudi dernier, de la volonté de son gouvernement à aller à un référendum pour le changement de la constitution, le locataire de Sekhoutoureya a dû se sentir visé par ce discours.

Pour Sékou Koundouno, membre de la coordination du Front National pour la Défense de la Constitution, le chef de l’Etat guinéen doit désormais tirer les leçons de cette sortie de son ami et homologue nigérien.

« Quand le Président dit que j’ai pris acte, ça sous-entend je vous ai entendu, j’ai pris note, j’ai bien noté mais ça ne veux pas dire que Monsieur Alpha Condé est d’accord ou il n’est pas d’accord sur le projet de changement de la constitution. A notre tour, nous disons aussi que le FNDC prend acte de l’acte du Président de la république. De notre côté, nous nous battons entant qu’acteurs de la société civile pour défendre des principes cardinaux qui gouvernent la Guinée. Je puis vous le dire qu’à date, le FNDC a le soutien total de l’ensemble des chefs d’Etats africains de la zone ouest-africaine. Et je vous rassure que l’entièreté des chefs d’Etats ouest-africains partagent la philosophie du combat mené par le FNDC car c’est un combat citoyen, républicain, qui cadre avec le protocole additionnel de la CEDEAO sur la bonne gouvernance et de la démocratie, ratifié par notre Etat en 2021, qui dispose que l’alternance des élections doit être transparente, et le nombre et la durée des mandats ne doivent pas faire de débat dans la région ouest-africaine qui est un exemple de démocratie en Afrique. Nous sommes galvanisés par la sortie du président Mahamadou Issoufou qui est à la tête de la CEDEAO. C’est au Président guinéen de tirer les leçons de cette sortie de son ami », a-t-il fait savoir ce lundi chez nos confrères de Lynx FM.

Quand à la détermination du FNDC pour atteindre son objectif, celui d’empêcher la matérialisation du projet du changement constitutionnel pour un troisième mandat pour Alpha Condé, l’activiste de la société dit ceci : « Que ça soit les sages, les coordinations qui ont un droit de préserver la quiétude, nous les avons rencontrés, en leur disant que c’est maintenant ou jamais de prendre leurs responsabilités parce qu’on ne laissera pas passer ce coup d’Etat constitutionnel. Nous sommes déterminés pour l’empêcher et nous sommes convaincus que le souverain peuple de Guinée, qui a déjà pris connaissance de nos stratégies et actions, est fin prêt et décidé à défier quelque soit la force qui sera en face afin de reconquérir la souveraineté qui a été confisquée par cette oligarchie », prévient le président de la Cellule Balai Citoyen de Guinée.

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

Laisser un commentaire