Guinée/Liberté de la presse : « 80% des journalistes guinéens n’ont pas la carte professionnelle délivrée par la HAC», déclare Sidy Diallo

Joint ce matin dans les ‘’GG’’ pour parler de la journée mondiale de la liberté de la presse célébrée chaque 03 mai, Sidy Diallo, le secrétaire général du Syndicat des Professionnels de la Presse Privée de Guinée(SPPG) a dénoncé avec véhémence les difficultés auxquelles les journalistes guinéens sont confrontés dans l’exercice du métier.

« Il est grave de constater que les simples contrats de travail n’ont pas été signés par beaucoup d’associations des patrons de presse. C’est ce qui fait que 80% des journalistes guinéens n’ont la pas la carte professionnelle délivrée par la Haute Autorité de la Communication(HAC). Pour avoir la carte professionnelle, la HAC exige de déposer le contrat de travail, mais malheureusement dans beaucoup de radios, les patrons n’ont pas accepté de délivrer ce simple contrat de travail aux journalistes », a déploré le secrétaire général du SPPG, avant d’ajouter que parmi les radios, il n’y a pas deux ou trois qui ont assuré leurs journalistes soit à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale soit dans une banque d’assurance.

Autre problème que le secrétaire général du SPPG a évoqué est la rémunération des journalistes de la presse privée en Guinée. « Certains journalistes n’ont pas le SMIG (440 000fg), surtout ceux qui sont à l’intérieur du pays. D’ailleurs, ceux qui ont 440 000fg ou plus par mois, beaucoup peuvent aller jusqu’à 2 ou 6 moi sans être payés. Je connais un média aujourd’hui, jusqu’à 6 mois les journalistes ne sont pas en possession de leur salaire », a-t-il décrit.

Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :