Guinée/Législatives 2020: « C’est un corps électoral non constitué et non connu qui est convoqué… »

Dans un décret lu dans la  soirée du lundi sur  les ondes des médias de service public, le  président de la république a entériné la date du 16 février 2020 proposée   par CENI le weekend dernier  pour la tenue des élections législatives.

Cette date qui engage désormais le compte à rebours pour cet autre rendez-vous électoral majeur  du pays avant la présidentielle attendue à la fin de l’année 2020, est diversement appréciée au sein de la classe politique guinéenne.

Face à ce qu’ils qualifient de faite accomplit, certains de partis politique de l’opposition guinéenne notamment l’UFDG estiment qu’en plus de son ‘’illégalité’’, la date annoncée par l’instance en charge des élections en Guinée, cache des calculs politiques dans le seul but de favoriser la mouvance présidentielle.

« A partir du moment où la CEN organise les élections pour les acteurs, il est normal qu’on soit ensemble dans les  préparatifs du scrutin, chacun jouant le rôle qui lui est dévolu. Nous ne jouerons jamais le rôle de la CENI mais il est certain que nous devons être associés aux décisions qu’elle prend. Aujourd’hui, c’est un corps électoral qui n’est pas constitué, qui n’est pas connu  qui est convoqué. Pour une élection crédible et acceptée de tous, les parties prenantes et les organisateurs doivent être au même diapason.  Ce qui devrait être le rôle de la CENI », a fait savoir l’honorable Aliou Condé de l’UFDG dans les GG de la radio Espace FM.

Après avoir égrainé des exigences de son parti sur la prise en compte des recommandations de l’audit du fichier électoral, le député a indiqué que  la classe politique va se retrouver dans les jours à venir  pour statuer sur la date du 16 février 2020 annoncées par la CENI,  pour la tenue des législatives en Guinée.  

Mohamed Barry, 224 624 39 57 84

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :