Guinée : L’association des victimes du camp Boiro se souvient encore de la journée du 18 octobre 1971

18 octobre 1971-18 octobre 2019, cela fait 48 ans que 70 cadres du premier régime ont été exécutés au camp Boiro. En conférence de presse ce vendredi 18 octobre, l’association des victimes du camp Boiro (AVCB) se souvient de cette triste journée qu’elle de journée sombre dans l’histoire du pays.

Revenant sur les circonstances, Abdoulaye Conté porte-parole de la séance a indiqué que les exécutions se sont également faites dans certaines régions de la Guinée « Ce jour-là, des détenus furent fusillés simultanément à Coyah au mont Kakoulima, à Kindia au mont Gangan et Kankan dans les champs de tir du camp Soundjata Keita. Ces victimes avaient été choisies pour satisfaire aux prédictions des marabouts de Sékou Touré“.

En effet, selon Abdoulaye portos Diallo, dans son livre : << la vérité du Ministre>> Sékou Touré devait faire fusilier 70 Guinéens, nombre correspondant à l’âge du Président ivoirien, Félix Houphouët Boigny, en 1971. Il était supposé né le 18 octobre 1905, mais en fait Houphouët ne donnait jamais sa date de naissance exacte. Le but de ce sacrifice de 70 cadres guinéens était que Sékou Touré survive au président ivoirien : ironie du sort, Sékou Touré mourût le 26 mars 1984, bien avant Félix Houphouët Boigny (mort le 7 décembre 1993) » narre-t-il.

Cette année, l’AVCB s’est limitée par cette conférence pour la commémoration compte-tenu de la situation sociopolitique de pays « cette année, vu le contexte de tension que nous vivons, nous avons choisi le 18 octobre 2019 de publier un communiqué de presse en lieu et place d’une commémoration dans l’un des nombreux charniers répertoriés par notre association. Communiqué de presse qui sera une invite au gouvernement, aux acteurs politiques de l’opposition et à la société civile, d’aller à la table de négociation dans le cadre du comité de suivi institué à cet effet. C’est en discutant qu’on trouve des solutions aux crises les plus aiguës » mentionne-t-il. Abordant justement cette crise qui secoue la nation, les membres de cette association exhorte les acteurs à privilégier le dialogue, la justice et la réconciliation tant réclamée par l’AVCB.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :