Guinée : Honorable Damaro se moque du “mariage” Cellou-Sidya

Le 28 décembre 2019, c’est la date annoncée par le président de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) pour la tenue des élections législatives en Guinée. Une proposition de date loin d’être le fruit d’un consensus entre les parties prenantes au processus, et qui fait l’objet de division au sein même de l’institution en charge des élections.

Sur cette date annoncée par Me Salif Kebé, certains commissaires de la CENI notamment ceux issus de l’opposition sont carrément opposés. Selon Amadou Damaro Camara, président du groupe parlementaire de la majorité à l’Assemblée, même s’il ne reste que trois (3) commissaires à la Céni, ils peuvent délibérer en toute légalité et en toute légitimité.

« Nous avons introduit deux (2) dispositions à la loi sur la Céni au CNT et à l’assemblée : la premièrement, dit que les commissaires une fois à la Céni ne devraient plus demander conseils aux structures d’origines parce qu’il s’agit là d’injonctions. Deuxièmement, les commissaires ne devraient plus s’appeler commissaires de l’opposition ou de la mouvance, même si les commissaires de l’opposition continuent de le faire, pourtant ils ont prêté serment. Ce qui est une violation flagrante de la loi. Troisièmement, même s’il ne reste que trois (3) commissaires à la Céni, ils peuvent délibérer en toute légalité et en toute légitimité. Quand ils disent qu’il n’y a pas eu d’appel d’offre pour le recrutement d’un opérateur technique, c’est la Céni, pendant sa retraite, qui a écrit officiellement au ministre des finances d’alléger un certains nombre d’étape dans le processus afin d’être à temps dans l’organisation des élections législatives courant cette année. Parce qu’à chaque étape, s’il faut respecter le code des marchés, ça prend parfois plus de trois (3) mois. C’est pourquoi, ils ont demandé la dérogation et ils l’ont obtenue », explique Amadou Damaro Camara, invité des Grandes Gueules.

Pour le président de la majorité présidentielle, en réalité l’opposition guinéenne a été surprise par l’annonce faite par la Céni parce que dit-il, « elle regardait entre les lignes en cherchant à savoir comment est- ce que l’Etat allait trouver le budget affecté à la Céni ».

Par ailleurs parlant du mariage Cellou Dalein Diallo et Sidya Touré qui semble s’unir à nouveau pour contrer le changement de la constitution pour un troisième mandat d’Alpha Condé, Amadou Damaro se moque en ces termes : « Voici deux personnalités qui veulent nous faire comprendre qu’ils sont unies mais en vu réalité chacun cherche à poignarder l’autre dans le dos ».

Mohamed Barry 224 624 39 57 84

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :