Guinée/Fichier électoral : Aliou Condé, vice-président de l’UFDG reste pessimiste

Aliou Condé, vice-président de l’UFDG fustige le corps électoral présenté par la CENI le lundi 14 septembre. Sur la question, il a tout d’abord déploré le non recensement des guinées de l’étranger.

« La première des choses que j’ai constatée vous-mêmes vous le savez les guinéens de l’étranger ne sont pas recensés. On n’a que 90 mille citoyens guinéens à l’étranger vraiment c’est une catastrophe volontairement faite pour mettre à l’écart une bonne partie des électeurs des citoyens guinéens », déplore-t-il.

Parlant de l’augmentation exponentielle du  nombre d’électeurs à l’intérieur du pays, le vice-président du principal parti de l’opposition rajoute :  

«  A l’intérieur du pays, vous avez toujours ces disparités régionales. Prenez l’exemple de Mandiana il y a plus de 200 mille électeurs, alors qu’il y a 10 ans, c’était à 80 mille électeurs. Je me suis demandé d’où viennent tous ces électeurs. Donc ça veut dire que Mandiana est devenu l’une des préfectures les plus peuplés de la Guinée.  Je ne comprends pas parce qu’on ne va pas me parler des mines qu’il y à  Bok.

 Il y avait un fichier au départ qui était de 7.500.000, qu’on a diminué. Il est normal qu’on affiche le fichier pour qu’on sache qui est dedans et qui ne l’est pas. Qui a été enlevé ? On ne sait pas. Il ne faut pas attendre le moment de la distribution des cartes d’électeurs pour savoir que vous n’êtes plus dans le fichier. On va à une compétition. Ce n’est pas même inscrit que peut être l’un des candidats ne se retrouve pas sur le fichier ça peut arriver et ça serait la plus grande catastrophe. Donc aujourd’hui la CENI a vraiment toujours des agendas que nous ne comprenons pas. Ils refusent un travail collégial et transparent. Tout acte qui est posé doit avoir des éléments  de support pour justifier  la décision qui a été  prise. Je ne suis pas du tout satisfait. Il faudrait qu’il y ait des assises  plus larges pour essayer de discuter de tout ça. Mais au-delà de tous ces chiffres,  il y a beaucoup de problèmes dans le processus électorale », lance-t-il.

Aly Badara Touré

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :