Guinée/élections législatives: Voici les recommandations de l’ancien Président béninois et Cie

La mission conjointe du National Démocratique Institute (NDI) et la fondation Kofi Annan, conduit par l’ancien Président béninois Nicéphore Soglo et l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, a présenté ce vendredi 13 décembre le rapport de la mission d’évaluation pré-électorale qui s’est déroulée du 09 au 13 décembre 2019 à Conakry.

Dans ce rapport présenté devant les Hommes politiques et médias, la délégation révèle que, l’inquiétude des guinéens est d’avoir des élections apaisées en République de Guinée « La délégation a noté que tous les guinéens rencontrés ont exprimé le fort désir d’avoir des élections législatives apaisées, inclusives et crédibles en 2020. Ils ont souligné l’importance de ces élections pour le renforcement de la démocratie du pays et la fin de la prorogation de la législature actuelle dont le mandat a expiré en janvier 2019. De nombreux guinéens se sont dits préoccupés par le fait que les spéculations sur des changements au cadre constitutionnel et le calendrier électoral du pays affectent la préparation des élections de février 2020. Ils ont dénoncé les violences qui ont entaché les manifestations politiques depuis octobre dernier, qui ont fait des morts et occasionnées des dégâts matériels. La plupart des victimes de violences étaient des jeunes de 20 ans ou moins » a annoncé Dr Christopher Fomunyoh directeur Afrique NDI.

Dans le même rapport, la mission conjointe recommande aux partis politiques des mesures concrètes pour la parité dans tous les postes électifs « aux partis politiques, de prendre des mesures concrètes pour nommer des femmes candidates afin de se conformer à la loi de mai 2019 sur la parité dans tous les postes électifs » Lance-t-il.

La mission a aussi invité la société civile et le médias à s’engager dans l’éducation civique des populations « à la société civile et aux médias guinéens de s’engager dans les efforts ciblés d’éducation civique et d’éducation des électeurs sur le processus électoral, en faveur des femmes, des jeunes et d’autres groupes historiquement marginalisés » lance-t-il.

La délégation a également noté une polarisation et une méfiance parmi les acteurs politiques guinéens et les organisations de la société civile.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :