Guinée/Education : La réouverture des classes s’annonce difficile pour des parents d’élèves et étudiants

Les candidats aux différents examens nationaux ainsi que des étudiants reprendront le chemin de l’école dès le 29 juin 2020. L’annonce a été faite par le président de la république dans son adresse à la nation du lundi 15 juin 2020.

Cette réouverture des classes s’annonce dans les conditions difficiles pour des parents d’élèves et étudiants à cause du coût élevé du transport urbain qui, depuis l’entrée en vigueur de l’Etat d’urgence sanitaire à Conakry, a doublé voire triplé.

« La réouverture des classes c’est une chose mais l’augmentation du prix du transport en est une autre. C’est pourquoi c’est avec réserve que nous avons appris cette rentrée des classes car la réalité est qu’il sera très difficile pour nous parents d’élèves de faire face à cette rentrée eu égard à la conjoncture », nous a laissé entendre Oumar Camara, parentq d’élèves.

Pour d’autres encadreurs d’écoles et étudiants interrogés par notre rédaction, le gouvernement doit baisser le prix du carburant pour faciliter le déplacement des candidats aux différents examens nationaux.

« Le gouvernement doit faire chuter le prix du carburant jusqu’à 5 milles francs guinéens à la rigueur 6 milles francs guinéens. Ceci pour que les parents d’élèves puissent joindre les deux bouts mais aussi permettre aux élèves et étudiants de trouver également les moyens pour se déplacer. Si on n’a pas des mesures efficaces dans la réglementation du transport en faveur de tous les candidats ça peut impacter le déroulement des cours et les différents examens nationaux » , signale Aboubacar Soumah, encadreur d’école.

« Moi je pense que le président doit prendre des dispositions pour nous accompagner dans cette période de crise pénible. Et j’estime que la meilleure façon de nous aider aujourd’hui, à défaut de la baisse du prix du transport, l’Etat doit envisager des bus pour le transport des étudiants et élèves comme c’est le cas d’autres pays de la sous région. Parce que maintenant c’est trois passagers dans les taxis et munis bus. Une triste réalité pour la plupart des étudiants qui vivent à Conakry sans leurs parents », renchérit Jean Victoire Haba, étudiant en licence 4.

En attendant le 29 juin 2020, les établissements d’enseignement publics et privés sont entrain de faire la peau neuve pour une meilleure rentrée des classes.

Mohamed Barry

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :