Guinée/Echec du concert de Diamond: Benedi rejette toute responsabilité et accuse la mauvaise organisation

Le chanteur tanzanien, Diamond Planunz était en concert à l’esplanade du palais du peuple de Conakry, ce samedi 8 février 2020. Ce concert qui était prévu pour 2 heures n’a duré que pour une vingtaine de minutes à cause des bousculades et du tumulte qui ont marqué le lieu du spectacle. Parlant des causes de l’échec du concert, Fadjdi, le PDG de la structure organisatrice (Pap Soul Prod) de l’évènement n’a pas manqué de pointer du doigt la mauvaise qualité de la sonorisation et le mauvais état du podium qui étaient assurés par Le Label Benedi Records.
A son tour, le PDG de Benedi Records rejette toute responsabilité et accuse la mauvaise organisation du spectacle. Pour lui, le problème n’est ni le podium ni la sonorisation, mais plutôt l’organisation.
« Quand l’artiste est monté sur le podium, il a essayé le podium . Il a dansé, il a bougé de gauche à droite et il a dit que le podium est bon. On lui a donné le micro, il a balancé avec le son, il y’avait 3 micros, il a pris un micro qu’il a aimé. Il dit ça c’est bon. Donc pour nous c’est bon. Si les organisateurs commencent à accuser les sonos, le podium, il faut demander à ceux qui étaient présents. Quand Diamond est monté sur le podium, le public chantait avec lui du début à la fin. Quand l’artiste est monté, tous les accompagnateurs, tous les beaux du gars sont montés derrière lui. Toute la scène était pleine. Le gars avait envie de se donner, mais il n’avait pas d’espace. La seule personne qui s’est pleint de son était Fadjidi. C’était un plan B, c’était pour se couvrir. L’artiste ne s’est jamais pleint de son. Il ne faut pas qu’ils mettent leur faute sur nous», a expliqué Benedi au cours d’un point de presse, ce lundi 10 février 2020.
Selon Benedi, il y’a eu beaucoup de petits problèmes au niveau des organisateurs. Ce qui aurait occasionné tout le désordre : «  Le public n’était pas du tout content. Notamment sur les prix. Les prix au niveau de MTN étaient 20.000gnf. Les travailleurs de la structure organisatrice vendaient les tickets à 35.000gnf, à la veille. Le jour-j, ils ont vendu les tickets à 40.000gnf jusqu’ 14h. De 14h à 16h, ils étaient débordés, ils ont vendu les tickets à 45.000gnf. Imagine qu’un spectateur quitte chez lui avec 50.000gnf y compris son transport (aller-retour) et le prix du jus, dans l’espoir de trouver le ticket à 35.000, il trouve le ticket à 45.000gnf. Comment il va se retourner ? Donc à la base, les spectateurs étaient frustrés, énervés. Et d’autres ont payé les tickets, ils ne sont pas rentrés. Ce sont eux qui sont rentrés en lapidant sur les appareils et sur le public », a-t-il signalé.
Poursuivant ses défenses, il a fait comprendre que les organisateurs devraient au moins être reconnaissants à l’égard de sa structure : «On les a aidés parce qu’ils ont été incapables de payer 20.000 dollars. Qu’ils me disent au moins merci. Dites à Fadjdi de s’excuser comme d’autres l’ont fait. Mais il ne faut pas mettre ses défauts sur quelqu’un qui l’a aidé », a déploré Benedi.
Plus loin, Benedi menace de porter plainte contre la structure Pap Soul Prod pour les préjudices causés « J’ai eu beaucoup de dégâts. Toutes mes barrières sont parties, mes ampoules, mes robots. Il faut qu’il arrête. Si Faadjdi commence à parler, on va lui montrer ses erreurs pour lui dire qu’il est amateur. S’ils ne viennent pas régler, je porterai plainte contre eux. Mes objets ont été endommagés. Ils sont là ».

Pour la bonne marche des événements culturels et éviter que de tels drame se produise, Benedi estime que les promoteurs et les organisateurs doivent se donner la main et s’entraider.

Mouctar Kalil Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :