Guinée : des activistes réclament justice pour dame X, victime de viol collectif à Siguiri

’Le viol est un crime, où est l’Etat ? Où est le ministère de la justice, où est le gouvernement, où est le ministère de l’action sociale, castration pour les violeurs, justice pour dame X’’ tels sont les slogans qu’ont entonné ce vendredi 13 décembre, les membres du collectif des ONG pour la défense des droits de la femme devant le ministère de la justice. Ces activistes venus de tous les bords ont réclamé justice pour dame X qui a subi un viol collectif à Siguiri.

Prenant la parole au nom du collectif, dame Moussa Yero Bah a annoncé que la structure entamera une procédure judiciaire pour cette victime « dans notre élan de lutte contre toutes formes d’impunité, nous projetons donc de constituer partie civile auprès de la victime dans le respect des dispositions de l’article 156 du code de procédure pénal. Nous activistes réclamons que la justice se rende dans un délai raisonnable dans le total respect des principes énoncés à l’alinéa 2 de l’article 9 de la constitution qui dispose ‘’tous ont le droit imprescriptible de s’adresser au juge pour faire valoir leurs droits face à l’État et ces préposés’’ » annonce-t-elle.

Prenant acte de la déclaration du collectif, le directeur national des affaires judiciaires au ministère de la justice Alpha Saliou Barry a indiqué que son département a déjà entamé des démarches pour connaitre les coupables de ce viol collectif « quand nous avons été informé nous avions interpellé notre procureur à Siguiri, le procurer de la république prêt du tribunal nous a informé aussitôt même s’il y’a eu un petit retard, mais il a saisi la brigade de recherche de Kankan. Il aurait dû saisir la gendarmerie de Siguiri mais en raison de la supposée implication des autorités de gendarmerie ou militaire de Siguiri il a préféré saisir la brigade de recherche de Kankan. Il se trouve que le dernier décret en date a fait une modification du personnel de la justice de Siguiri, le procureur de Siguiri Algassimou Diallo est actuellement muté à Pita donc c’est un nouveau qui est venu, alors nous l’avons interpellé pour le niveau d’avancement de la procédure il nous a dit que la brigade de recherche n’avait pas déposé le procès-verbal à date » indique-t-il.

Prenant part à ce sit-in, Hadja Halimatou Diallo épouse du chef de file de l’Opposition considère cette intervention du conseiller juridique d’un laxisme et a invité le département de tutelle à faire lumière sur ce dossier.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :