Guinée/convention nationale du RPG-AEC : Voici la réaction de la porte-parole des femmes du FDNC

Après la désignation de Pr Alpha Condé comme candidat aux élections présidentielles au compte du RPG arc-en-ciel lors de la convention nationale dudit parti. La porte-parole des femmes du Front National pour la Défense de la Constitution FNDC a fait son analyse sur le déroulement de cette rencontre.

Réagissant à notre micro, Hadja Maïmouna Bah Diallo a précisé que le choix porté sur la personne du chef de l’Etat était prévisible « Rien ne m’étonne dans ça, je m’attendais exactement à cela je sais qu’il n’a pas donné son oui tout de suite parce qu’il a peut-être encore quelques réticences au niveau de son parti. Il a longuement parlé des classiques du RPG, je pense qu’il n’est pas sur la même longueur d’onde que ces gens. Et ces militants-là, peut-être qu’il cherche à avoir leur accord. C’est du cinéma, depuis le mois de mars 2009, depuis la création du FNDC on a compris qu’il ira au 3ème mandat et depuis ce jour on est en train de nous battre contre cela » indique-t-elle.

L’autre analyse de la vice-présidente des femmes de l’UFDG, c’est la rapidité d’obtention des résultats des tests de la COVID-19 « Nous avons compris encore par cette occasion qu’ils ne nous disent pas la vérité par rapport à cette maladie. Si on teste 300 personnes il y a 15 cas, je crois que c’est très sérieux et ils ont toujours fait du deux poids deux mesures dans ce pays. Ils ont prouvé qu’il y a des tests rapides, au lieu d’utiliser pour tester la population guinéenne savoir comment est-ce que la maladie est en train de se propager afin de connaitre comment ils vont prendre des mesures pour éradiquer cette maladie, mais Hélas ! Ils les gardent pour eux quand ils en ont besoin » déplore-t-elle.

Parallèlement, la femme politique s’est prononcée sur la suspension de la grève du FNDC à cause des examens nationaux. Pour Hadja Maïmouna Bah Diallo, le gouvernement guinéen est en train de banaliser l’éducation de la couche juvénile « c’est une banalisation de l’éducation venant du gouvernement, nous on a eu pitié de nos enfants parce que nous savons très bien que si on manifestait ces enfants n’auraient pas pu correctement faire leurs examens. Malgré qu’ils n’aient pas fait de cours toute l’année parce qu’avant COVID-19, il y avait la grève du SLEEG, le gouvernement les fait passer des examens. Leur souci est que les préfets ou gouverneurs viennent assister au lancement des examens et comment le Président Alpha Condé va être élu et rester au pouvoir à vie » déplore-t-elle.

Au terme de l’entretien, Hadja Maïmouna Bah Diallo n’a pas manqué d’exprimer sa désolation quant à ‘’l’instrumentalisation’’ de certains jeunes qui acclament à un 3ème mandat de l’actuel locataire de Sékhoutouréya.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :