Guinée : Clôture du programme pilote National de Réintégration Socioéconomique

Le programme d’Appui à la Réforme du Secteur de Sécurité dans son volet Réintégration Socio-Economique PARSS-RSE a pris fin ce lundi 25 mars dans un réceptif hôtelier de la place. Ce projet qui a démarré en Janvier 2014 a eu un budget de 70 milliards GNF et cogéré par la délégation de l’Union Européenne et le Service National de l’Ordonnateur du FED.

Mis en œuvre par l’Agence Guinéenne de Promotion et de l’emploi AGUIPE, qui dépend du ministère de l’enseignement technique, de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail, deux mille personnes notamment des personnes vulnérables et des jeunes à risque,ont bénéficié d’un accompagnement dans le cadre du programme National de Réintégration Socioéconomique dont 1134 femmes vulnérables et 19 jeunes femmes à Risque. 91 groupements qui mènent des activités comme le commerce, la teinturerie ou la saponification ont été constitués.

Ce programme étant une réponse du gouvernement en matière d’emploi, le secrétaire général du ministère de la coopération et de l’intégration Africaine indique qu’il y’a eu deux phases d’exécution de ce plan d’action « il y’a le volet réinsertion qui porte sur l’appui technique et/ou institutionnel aux organes du comité national de pilotage de la réforme du secteur de sécurité et aux ministères sectoriels concernés par le volet réinsertion la défense, la justice, la police, la protection civile, les douanes et l’environnement. Le second volet c’est la réintégration socioéconomique dont l’objet spécifique est de fournir un appui pour la mise en œuvre d’un mécanisme de réintégration socioéconomique des populations vulnérables dont celles issues de la restructuration des forces de défense et de sécurité » annonce-t-il.

Prenant part à la cérémonie de clôture, Raymond Lataste chargé de programme à la section gouvernance de la délégation de l’Union Européenne en République de Guinée, a donné les raisons de la mise en place de ce projet « l’idée était de réintégrer dans la société des individus qui avaient appris ou pratiqué le métier miliaire mais n’étaient pas entrés dans l’armée, ces individus appelés ‘’Jeunes à risque’’. Le projet s’est également tourné vers les personnes vulnérables orphelins et veufs/veuves avec enfants en charge, victime de violation de droit dont les violences basées sur le genre, victimes d’Ebola, filles mères…» indique-t-il.

Présidant la cérémonie de clôture, le ministre de l’enseignement technique de la formation professionnelle, de l’emploi et du travail M. Lansana Komara a de son côté salué cette initiative qui vise à promouvoir l’employabilité en Guinée « Ce programme a permis à la Création d’emploi, contribuant à l’apaisement du climat social, et à l’automatisation des femmes et de la jeunesse. Je ne peux que féliciter l’aboutissement de ce projet, le ministère de la coopération et de l’intégration africaine sans oublier l’Union Européenne. J’espère qu’il y’aura une autre cérémonie d’ouverture aussi importante que celle-ci » lance-t-il.

Selon les organisateurs, ce programme a contribué dans la lutte contre le chômage et la délinquance juvénile dans les zones d’intervention à savoir la préfecture de Kissidougou, les communes de Ratoma et de Matoto.

Pour plus de précision, il faut retenir que ce programme a permis à 2000 personnes dont (1000 jeunes à risque et 1000 vulnérables) dont +60% de femmes parmi les vulnérables de bénéficier des emplois à impacts rapide à travers l’approche (HIMO + Epargne), à la Contractualisation du Crédit Rural de Guinée pour l’ouverture de 2.000 comptes épargnes et le paiement des indemnités aux 2.000 participants.
2000 emplois ont été créés à travers la mise en œuvre de 20 projets de haute intensité de mains d’œuvre (assainissement, réhabilitation d’infrastructures, reprofilage de pistes, reboisement et curage de caniveaux) avec une composante épargne dans les Commune de Ratoma, Matoto et dans la Commune urbaine de Kissidougou; 207.601 h/jr de travaux réalisés sur une période de 104 jours par les bénéficiaires, +6.228.030.000 GNF payés en indemnités journalières; Au total +3.114.015.000 GNF réalisés en épargnes par les 2000 participants sur les 104 jours sur des comptes individuels ouverts au Crédit Rural de Guinée RCG.
Les capacités de 13 partenaires de mise en œuvre (ONG) renforcées pour assurer l’encadrement des activités de la phase 1 sur une durée de 6 mois; Au total 16 séances de sensibilisation réalisées par ONG à l’intention des 2.000 participants sur diverses thématiques liées à l’épargne, l’esprit associatif et sur la cohésion sociale, assainissement etc… Plus de 1600 participants soit un peu plus de 80% des bénéficiaires de la phase 1 (jeunes à risque et vulnérables) dont +60% de femmes se sont constitués en groupements d’intérêt économique soit un total de 90 groupements constitués dont (46 à Conakry et 44 à Kissidougou).
90 microprojets d’activités génératrices de revenus formulés par les groupements dans les secteurs agricoles, élevage, saponification, transformation, petits commerce (huile de palme, riz importé, riz local, poisson frais/fumés, pagnes…); Une contribution des 1600 participants au capital de démarrage de leurs microprojets égale à +2.300.000.000 GNF entièrement constituée de leurs épargnesréalisée à la phase 1; Une contribution financière du programme au capital de démarrage de 90 microprojets égale à 3 fois la contribution des bénéficiaires soit +7.000.000.000GNF; Les capacités de 11 partenaires de mise en œuvre(ONG) renforcées pour encadrer les activités de la phase 2 sur une durée de 11 mois.
Outre que ça, dans la zone de Conakry, il y’a eu un appui supplémentaire en équipements et petits matériels aux 45 groupements de Conakry évoluant pour la plupart dans les services à savoir : (le taxi-moto, location tentes, saponification, commerce de riz, d’huile, de poissons fumés, de poissons frais, pagnes, aviculture, assainissement, denrées alimentaires diverses, de pèche etc…) ; au Renforcement des capacités des 45 groupements de Conakry à travers des formations complémentaires des divers domaines de compétences (planification, principe de fonctionnement, organisation du travail, gestion simplifiée, stratégie de commercialisation et marketing, etc…)
Pour la zone de Kissidougou, l’Acquisition par les groupements de 32 batteuses motorisées, 44 tricycles motorisés, 41 pulvérisateurs motorisés, 1 motopompe de 100cm de diamètre et 4 décortiqueuses avec accessoires dans le cadre des activités des groupements ; Au titre de la campagne 2017, les 39 groupements rizicoles ont mis en valeur 380 ha et au titre de la campagne agricole 2018, 412,5 ha. Deux (2) unités de transformation de riz paddy en riz net construites et équipées comprenant chacune 1 hangar d’étuvage, 1 abri de décortiqueuses, 1 magasin de stockage, 1 aire de séchage et 1 puits amélioré. Deux (2) fermes avicoles construites et équipées comprenant chacune un poulailler, un abri gardien, un magasin de stockage et 1 puits amélioré pour environ 1000 têtes de poules pondeuse au démarrage.
Pour la consolidation des acquis, quelques appuis supplémentaires ont été fait, ils’agit entre autre de : – Appui à la structuration et à l’accompagnement des 3 unions à Kissidougou de 39 groupements, et à la mise en place d’un comité inter-union pour la gestion des équipements collectifs (tracteurs et motoculteurs). Cet appui favorisera la mise en réseau des groupements de mieux répondre aux besoins du marché, participer au développement des chaines de valeur, mieux défendre leurs intérêts, être mutuellement solidaire et de saisir certaines opportunités etc… ; Au renforcement des unités de production et de services par un appui en équipements collectifs (4 tracteurs et 3 motoculteurs) pour la consolidation des activités de production des unions ; Appui-conseil et renforcement des capacités des unions et du comité inter-union à travers des formations et la mise en place d’outils de planification pour une gestion correcte et transparente des équipements collectifs.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :