Guinée/Aïd-El-Fitr : Les ateliers de couture et les salons de coiffure moins fréquentés

À quelques jours de la fête de l’aïd-el-Fitr, les ateliers de couture s’activent jours et nuits pour satisfaire leur clientèle. Cependant, les maitres et maitresses d’ateliers de coutre rencontrent assez de difficultés durant cette période.

Rencontrée à la T6 dans la commune de Ratoma, maîtresse Mariam Baïllo Diallo explique la situation qui prévaut dans son atelier de couture « la majeure partie des femmes qui viennent choisissent des modèles du 21ème siècle qui sont très difficiles à adapter à cause du coût et dès fois on n’arrive pas à se comprendre. En plus, je n’ai pas assez d’apprentis, donc la tâche est trop lourde. Nous fixons nos prix en fonction du modèle, car il y’a le matériel, la main-d’œuvre. Le plus bas prix est fixé à 50 mille GNF. C’est la nuit que nous travaillons le plus souvent car il n’y a pas le courant et on utilise le groupe électrogène» explique-t-elle.

Thierno Aliou également responsable d’un atelier de couture hommes et femmes à Cosa, indique que le prix est fixé en fonction de la présence du courant électrique « Nous fixons les prix en raison du manque de courant électrique, nous utilisons en grande partie les groupes électrogènes et il faut y mettre du carburant. Les prix varient entre 250 à 300 mille GNF. Cette fois-ci on n’a pas assez de clients vu la situation économique du pays » déplore-t-il.

Au niveau des salons de coiffure, il n’y a pas assez d’engouement, les clientes viennent à compte-goutte pour se rendre belles comme le témoigne Henriette Léonce Gamamy gérante d’un salon à la Tannerie dans la commune de Matoto « pendant le mois de ramadan on ne travaillait pas, comme c’est l’approche de la fête nous sommes revenues pour réceptionner les clientes. Cependant, il n’y a pas d’engouement, elles viennent petit à petit. Nous tressons à 50 mille GNF, le maquillage à 25.000 GNF. Pour les tresses tout dépend de la qualité des mèches c’est à ce moment que nous fixons les prix » indique-t-elle.

Si certaines femmes vont vers les ateliers de couture et les salons de coiffure pour se rendre belles, d’autres par contre préfèrent acheter du prêt à porter et des perruques pour bien se paraitre le jour de la fête.

Hassatou Lamarana Bah

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :