Grâce : « Il reste d’autres prisonniers politiques qui croupissent entre quatre murs », dixit Amadou Sow

La grâce accordée par le président Alpha Condé à certains détenus politique continue d’alimenter les débats. Dans un entretien téléphonique ce mardi,  Amadou Sow, président du Mouvement Nouvelle Synergie pour la République s’est exprimé sur cette question et d’autres sujets d’actualité.

Kalenews : Le président Alpha Condé a gracié certains détenus politiques, comment vous avez accueilli cette nouvelle ?

Amadou Sow : Le  chef de l’état a gracié certains qui étaient détenus en prison notamment Grenade et madic 100 frontière .Son acte est salutaire .Toutefois, il est important de préciser que ces derniers étaient en prison arbitrairement.

De plus, il reste d’autres prisonniers politiques qui croupissent entre quatre murs dont la sortie est verrouillée à l’extérieur .Par conséquent, le gouvernement devrait s’évertuer à éclaircir la situation de ces derniers dans la légalité.

Des populations de Gaoual ont manifesté pour la réouverture de la mine d’or, deux personnes ont perdu la vie, votre avis sur la question ?

Nous déplorons la mort des deux personnes. L’ouverture d’une enquête est nécessaire pour situer la responsabilité des faits et punir les coupables .Je demande également aux populations locales d’user de leur droit de manifester sans violence.

Le tribunal de Mafanco se déclare incompétent sur l’affaire de confiscation du passeport du président de l’UFDG, comment vous voyez cette décision ?

Je pense que c’est une décision politique. Il est inadmissible d’empêcher un acteur politique de mener ses activités librement. Cependant, il existe des institutions qui pourraient traiter le cas de la confiscation du passeport du président de l’UFDG.

Interview réalisée par Alhassane Camara

In the news
Load More
%d blogueurs aiment cette page :